1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le raisin de la colère dans le Muscadet
Le Parisien15/03/2015 à 15:51

Le raisin de la colère dans le Muscadet

C'est une histoire de goût et de couleur. Une affaire partie d'un simple grain de raisin blanc et doré, le colombard, qui a suffi à embraser le muscadet. Au sud de Nantes, les vignerons de ce célèbre vin blanc cultivé depuis des décennies avec un seul type de pied de vigne, le cépage du melon de Bourgogne, montent au front pour sauver l'authenticité de leur breuvage.

Tout est parti d'une idée sous-jacente depuis des mois, mais lancée officiellement cet hiver par le Syndicat de défense de l'appellation (SDAOC) et le négoce, chargé de vendre le vin. Laquelle ? Celle de modifier la « recette » du muscadet en y ajoutant un autre cépage, donc en changeant le goût pour s'adapter à la demande. En somme, modifier le cahier des charges de l'AOC qui régit ce vin blanc depuis 1937, comme c'est le cas pour le champagne ou tout vin protégé par une appellation. Le coupable : le colombard, pied de vigne venu de Charentes, censé aromatiser un melon de Bourgogne sans saveur.

«Mettre 10 à 15 % de colombard, ce n'est pas vendre son âme au diable»

« Cette histoire de colombard, c'est une peau de banane pour nous faire déraper, assure Jo Landron, grande figure du muscadet qui exporte 50 % de ses vins bio vers le Japon et les Etats-Unis. Nous, vignerons, tentons de tirer notre vin vers le haut avec une véritable identité, une qualité reconnue. Le négoce veut un vin plus sucré, plus aromatique, qui est à la mode. Qu'ils n'appellent pas ça muscadet. Parce que ça existe déjà, et que ça s'appelle le tariquet ! » Annoncé cet hiver, la nouvelle, qui concerne le muscadet€, entrée de gamme, dont la bouteille se vend près de 3 € en grande distribution, a rassemblé petits et grands viticulteurs. En trois jours, une pétition a été signée par 150 domaines, soit le tiers des vignerons mobilisés autour d'un mot d'ordre : « Non au bicépage ! ». Parmi ceux qui ont signé, une majorité d'exploitants organisés pour la vente ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rodan3
    15 mars18:06

    original comme recette çà ... !!

    Signaler un abus

  • s.thual
    15 mars16:01

    oui en effet on va pas tout changer sous pretexte de mode !deja que certains font du couscous breton ! pourquoi pas de la ratatouille strasbourgeoise et du maroilles corse !

    Signaler un abus

  • rodan3
    15 mars15:54

    bah si ... tout çà pour du fric . on vend son âme au diable .. !! ceux qui n'aiment le Muscadet "Original" n'on qu'à changer de vin .. les blancs en France ce n'est pas ce qui manque, de la piquette pour cuisine aux grands crus de liquoreux........!!!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer