Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le président d'ArcelorMittal reçu mardi par François Hollande

Reuters26/11/2012 à 18:51

ARNAUD MONTEBOURG NUANCE SES PROPOS SUR ARCELORMITTAL

PARIS (Reuters) - Arnaud Montebourg, qui a dit au quotidien Les Echos ne plus vouloir de Mittal en France, a précisé lundi que la présence du groupe dans le pays n'était pas en question mais que les menaces et les méthodes du sidérurgiste n'étaient pas acceptables.

Le président d'ArcelorMittal, Lakshmi Mittal, sera reçu mardi par François Hollande pour discuter de l'avenir du site de Florange, au coeur du bras de fer avec le ministre du Redressement productif, a-t-on dit de source proche du dossier.

Le gouvernement presse Mittal de céder plus d'activités que prévu pour permettre la reprise du site mosellan, une opération qui pourrait passer par une nationalisation temporaire.

"La présence industrielle de Mittal en France n'est pas en cause", écrit Arnaud Montebourg sur Twitter. "Ce sont les méthodes de Mittal, les menaces proférées à l'encontre des 20.000 salariés vendredi qui ne sont pas acceptables."

Il expliquait dans un entretien aux Echos publié lundi que "nous ne voulons plus de Mittal en France parce qu'ils n'ont pas respecté la France". "Les mensonges de Mittal depuis 2006 sont accablants", ajoutait-il, à propos de la fermeture du site de Gandrange. Il n'a "jamais tenu ses engagements" envers l'Etat.

L'entourage de Lakshmi Mittal a protesté. "Nous sommes particulièrement choqués par ce qu'a dit M. Montebourg", a dit une source proche. "Ce sont des déclarations assez violentes à l'égard d'un groupe qui emploie 20.000 personnes en France."

DEUX OFFRES POUR FLORANGE

A cinq jours de l'expiration du délai accordé au gouvernement pour trouver un repreneur aux deux hauts fourneaux et à l'aciérie de Florange, qu'ArcelorMittal veut fermer, Arnaud Montebourg a confirmé qu'il travaillait sur un "projet de nationalisation transitoire" de Florange.

"Le problème des hauts fourneaux de Florange, ce n'est pas les hauts fourneaux de Florange, c'est Mittal", dit-il. Le groupe refuse de céder l'activité transformation de l'acier, comme le réclame le gouvernement pour faciliter une reprise.

Selon Les Echos, le ministre, qui a fait état de deux offres sur l'ensemble de Florange, envisage "une association avec un industriel, minoritaire, le temps de stabiliser l'activité".

Arnaud Montebourg a précisé que l'opération se ferait sans coût pour l'Etat, lors de la visite d'une usine Duralex, à La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret).

"Nous faisons la proposition de prendre le contrôle de façon temporaire à coût nul pour les finances publiques. Tout argent investi fera l'objet d'une recette ultérieure quand (Florange) sera revendu, en conséquence de quoi les finances publiques n'auront pas à supporter le moindre coût", a-t-il dit.

Les syndicalistes de Florange appuient sa démarche.

"Est-ce que le gouvernement aura le courage d'aller au bout de la démarche ?", s'interroge cependant Frédéric Weber (CFDT), porte-parole de l'intersyndicale. "Ce qui est sûr, c'est qu'avec Mittal, on est mort."

Une délégation de l'intersyndicale sera reçue mercredi à Paris par Arnaud Montebourg et se rendra ensuite à l'Assemblée nationale.

Le ministre avait accusé jeudi ArcelorMittal d'être "redevable aux yeux de l'administration fiscale française d'une dette fiscale que nous considérons astronomique", ce à quoi le groupe avait apporté un démenti catégorique.

Yann Le Guernigou et Jean-Baptiste Vey, avec Mourad Guichard dans le Loiret

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.