1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le président allemand a signé le traité du MES, pas ratifié
Reuters13/09/2012 à 23:01

LE MÉCANISME EUROPÉEN DE STABILITÉ

BERLIN (Reuters) - Le président allemand a signé le traité instituant le nouveau fonds de sauvetage de la zone euro mais la ratification définitive du texte n'interviendra qu'une fois que le gouvernement aura tenu compte des réserves émises par la Cour constitutionnelle, a-t-on appris jeudi auprès des services de la présidence.

La signature du président fédéral Joachim Gauck permet de franchir l'un des derniers obstacles à la mise en oeuvre du Mécanisme européen de stabilité (MES), l'un des principaux outils de lutte contre la crise de la dette de la zone euro.

L'Allemagne est le dernier pays européen à ne pas avoir encore ratifié le MES, qui constituera, quand il sera effectif, un pare-feu de 700 milliards d'euros pour empêcher la contagion de cette crise qui mine la zone euro depuis trois ans.

"Le président fédéral Joachim Gauck a signé aujourd'hui les lois du 'mécanisme de sauvetage'", a annoncé la présidence dans un communiqué, précisant que ces lois incluent les traités instituant le MES et le pacte budgétaire.

Les services de la présidence ont toutefois précisé que le traité instituant le MES était encore soumis à ratification formelle, et que celle-ci n'interviendrait qu'une fois que le gouvernement allemand aurait intégré les réserves émises par la Cour constitutionnelle.

La Cour de Karlsruhe a donné mercredi son feu vert sous condition à la ratification du MES, en renforçant notamment le droit de regard du Parlement.

La première condition posée par la Cour constitutionnelle est que l'engagement de l'Allemagne dans le fonds de sauvetage permanent de l'Union européenne soit limité à 190 milliards d'euros, comme prévu par le traité. Tout accroissement de ce montant devrait être approuvé au préalable par le Bundestag, la chambre basse du Parlement.

La seconde condition est que les deux chambres du Parlement soient consultées sur les opérations et décisions du MES, alors que le traité prévoyait une confidentialité relative aux décisions du mécanisme.

"Pour que le traité MES soit juridiquement mis en oeuvre, il faut qu'il soit encore ratifié par le président", lit-on dans le communiqué de la présidence, qui reprend les conditions définies par la Cour constitutionnelle.

Le gouvernement allemand devra prendre acte de ces conditions, vraisemblablement sous une forme d'amendement au traité instituant le MES, une procédure qui devrait toutefois aller assez vite.

Sarah Marsh, Tangi Salaün pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer