Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le plan anti-crise de la BCE devant les juges allemands

Reuters12/06/2013 à 12:55

LE PLAN ANTI-CRISE DE LA BCE DEVANT LES JUGES ALLEMANDS

par Annika Breidthardt

BERLIN (Reuters) - Le président de la Cour constitutionnelle allemande a affirmé mardi que l'impact bénéfique du programme d'achats d'obligations de la Banque centrale européenne (BCE) sur les marchés financiers ne jouerait aucun rôle dans l'appréciation de son respect des principes fondamentaux du droit allemand.

La plus haute juridiction de la République fédérale a entamé mardi deux jours de débats sur les quelque 35.000 recours déposés contre les "opérations monétaires sur titres" (OMT) de la BCE, accusées par ses détracteurs de n'être qu'un mécanisme déguisé de financement des Etats de la zone euro, ce qu'interdit la constitution.

Le président de la BCE, Mario Draghi, qui a présenté le programme OMT en septembre dernier mais n'a jamais eu à l'activer depuis, a estimé récemment qu'il constituait "probablement la mesure de politique monétaire la plus réussie entreprise dans l'histoire récente".

A l'ouverture de l'audience, mardi matin, le président de la Cour, Andreas Vosskuhle, a déclaré que le succès des OMT ne jouerait "aucun rôle" dans l'évaluation de sa compatibilité avec la constitution.

Représentant la Banque centrale européenne, et fort du soutien du gouvernement allemand, Jörg Asmussen s'est employé à défendre ce programme, mais son argumentaire a été combattu par Jens Weidmann, le président de la Bundesbank.

Membre du directoire de la BCE, Jörg Asmussen a tenté de trouver un équilibre, en expliquant que si la banque a décrit ce programme comme disposant de montant "illimités", il existait des garde-fous qui permettent de limiter le volume de dette que l'institution monétaire est réellement en mesure de reprendre.

"Nous avons annoncé que nos interventions OMT seraient illimitées ex-ante", a-t-il dit.

"Nous n'avons aucun doute sur le fait que ce signal était nécessaire pour convaincre les marchés de notre sérieux et de notre détermination à atteindre notre objectif en matière de stabilité des prix."

Le cadre est toutefois limité dans les faits car il ne s'applique qu'à des obligations assorties de maturités courtes, a-t-il expliqué.

S'exprimant après lui, Jens Weidmann a estimé que le programme OMT risquait de ralentir le processus de reformes amorcé dans les pays de la zone euro et qu'il affectait la crédibilité des politiques monétaires.

Selon lui, ce programme revient à faire tourner la planche à billets pour financer les Etats les plus fragiles de la zone euro. Cet argument est sensible en Allemagne où l'on garde encore un souvenir amer de l'inflation galopante qui a sévi sous la République de Weimar, prélude à l'arrivée des nazis.

La Cour, qui siège à Karlsruhe, dans le sud de l'Allemagne, n'a pas le pouvoir de contraindre la BCE à renoncer purement et simplement aux OMT mais elle pourrait remettre en cause certains de leurs aspects, notamment le caractère "illimité" des achats d'obligations envisagés.

S'exprimant mardi lors d'une conférence organisée par l'organisation patronale BDI, la chancelière Angela Merkel a déclaré que son gouvernement plaiderait en faveur des OMT devant la Cour en soulignant leur contribution à la stabilisation de l'euro.

PAS DÉCISION AVANT LES ÉLECTIONS

En effet, si la BCE n'a acheté aucune obligation d'Etat espagnole ou italienne sur les marchés depuis la début de la crise, le simple fait que Mario Draghi ait assuré qu'elle ferait "tout ce qu'il faudra" pour sauver l'euro a fait nettement refluer les coûts de financement de Madrid et Milan, qui atteignaient l'été dernier des niveaux jugés dangereux.

Angela Merkel a aussi souligné l'importance du Mécanisme européen de stabilité (MES), appelé à devenir le fonds permanent de soutien de la zone euro à ses membres en difficulté, sur lequel la Cour de Karlsruhe doit aussi arrêter son opinion.

Quant au ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, présent à l'audience, il a déclaré que "le gouvernement allemand ne voit aucun élément montrant que les mesures prises par la BCE jusqu'à présent enfreignent son mandat".

Une vingtaine de membres du nouveau parti anti-euro allemand , l'Alternative pour l'Allemagne, manifestaient dans la matinée devant la Cour.

Pour Jens Weidmann, le mécanisme des OMT équivaut au recours à la planche à billets pour aider des pays en difficulté. Un argument rejeté par la BCE, pour laquelle cet instrument ne remet pas en cause son mandat de préservation de la stabilité des prix.

Les huit magistrats composant la Cour ne rendra pas son verdict avant les élections législatives allemandes du 22 septembre mais elle pourrait indiquer ce qu'elle pense du dispositif ou dire si le dossier entre dans ses compétences.

Des juristes estiment que, pour la première fois, elle pourrait renvoyer le dossier à la Cour européenne de justice de Luxembourg.

"Cela soulève la question la plus difficile", a dit Andreas Vosskuhle, notant que la BCE, bien qu'installée à Francfort, relevait du droit européen et non du droit allemand.

Dans de précédentes décisions, la Cour avait approuvé d'autres dispositifs anti-crise créés par la zone euro tout en renforçant le droit de regard du Parlement allemand sur leur mise en oeuvre.

Mais pour certains plaignants, comme Peter Gauweiler, membre des eurosceptiques de la CDU, le Parti chrétien-démocrate d'Angela Merkel, cette attitude reste trop ambiguë.

"Un 'oui mais' ne sert plus à rien. Ce qu'il faut, c'est un 'non' clair", a dit à la Cour son avocat.

Jean-Stéphane Brosse et Marc Angrand pour le service français, édité par Pascal Liétout

Mes listes

valeur

dernier

var.

4.564 -3.47%
3.83 +13.31%
CGG
2.156 +3.75%
0.08 0.00%
20.16 -1.66%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.