Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le PIB allemand s'est contracté de 0,5% au 4e trimestre

Reuters15/01/2013 à 13:24

LA CROISSANCE ALLEMANDE

par Eva Kuehnen et Sakari Suoninen

WIESBADEN, Allemagne (Reuters) - L'économie allemande s'est contractée plus que prévu au quatrième trimestre 2012, le produit intérieur brut (PIB) reculant de 0,5% sur la période, selon les premières estimations officielles publiées mardi, montrant que la crise de la dette de la zone euro a rattrapé le pays.

Sur l'ensemble de l'année 2012, le PIB de l'Allemagne n'a ainsi augmenté que de 0,7%, a précisé l'Office fédéral de la statistique.

Trente économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un chiffre de +0,8%. En 2011, l'économie avait enregistré une croissance de 3,0% après un bond de 4,2% en 2010, qui était sans précédent depuis la réunification.

"L'économie allemande n'est peut-être plus le paradis qu'elle a été dernièrement mais elle reste néanmoins un îlot de croissance dans l'océan de récession qui a submergé la zone euro", a noté Carsten Brzeski, économiste chez ING.

Comme en témoignent les données 2010 et 2011, l'Allemagne est longtemps restée un pôle de stabilité dans une zone euro engluée dans la crise depuis plus de trois ans. Ce n'est que depuis le second semestre 2012 que l'activité allemande a commencé à montrer des signes de faiblesse.

Plus récemment, l'excédent commercial s'est contracté davantage que prévu en raison d'un fléchissement inattendu des exportations en novembre, et les commandes à l'industrie sont reparties à la baisse ce même mois, deux indicateurs qui préfiguraient la contraction annoncée pour le dernier trimestre 2012.

"Au cours des deux années précédentes, la croissance du PIB a été beaucoup plus forte (qu'en 2012) mais cette évolution avait été le fait d'un phénomène de rattrapage après la crise économique mondiale de 2009", note l'Office fédéral de la statistique.

PREMIER EXCÉDENT BUDGÉTAIRE DEPUIS 2007

La plupart des économistes anticipent un rebond de l'économie allemande dans les premiers mois de 2013. Mais au bout du compte, l'année qui vient de commencer pourrait également se solder par une croissance modeste.

Selon le journal économique Handelsblatt, le gouvernement allemand s'apprête à réduire de moitié, à 0,5%, sa prévision de croissance pour 2013.

Un responsable du ministère de l'Economie a ensuite dit à Reuters que Berlin tablait sur une croissance de 0,4% cette année puis sur un PIB en hausse de 1,6% en 2014.

A la fin de l'année dernière, le ministre des Finances Wolfgang Schäuble évoquait un rythme de croissance "convenable" en 2013, à la faveur d'exportations vers les pays situés hors de la zone euro.

Les entreprises allemandes ont récemment donné des indices peu encourageants pour 2013 : Deutsche Post a déclaré que cette année ne serait "pas facile", tandis que BMW a dit redouter un affaiblissement de son marché domestique dans les mois qui viennent.

Certains signes suggèrent néanmoins que l'économie allemande devrait vite repartir de l'avant. Le secteur privé a renoué avec la croissance en décembre pour la première fois en huit mois et le climat des affaires continue de s'améliorer.

En outre, pour la première fois depuis 2007, le budget est revenu à l'équilibre en 2012, enregistrant un excédent de 0,1% après un déficit de 0,8% l'année précédente.

Parmi les composantes du produit intérieur brut (PIB), les exportations ont grimpé de 4,1% en 2012, à comparer à une hausse de 2,3% des importations, et la consommation privée a progressé de 0,8%. L'investissement dans les biens d'équipement a en revanche reculé de 4,4% et de 1,1% dans la construction.

La consommation publique a augmenté de 1,0%.

Véronique Tison et Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.