1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le pétrole finit en hausse à New York après les frappes US en Syrie

Reuters07/04/2017 à 20:44
    NEW YORK, 7 avril (Reuters) - Les cours du pétrole ont 
terminé en hausse vendredi sur le marché new-yorkais Nymex, sous 
leurs plus hauts de la séance, les craintes d'une escalade après 
les frappes aériennes américaines en Syrie s'étant dissipées et 
des chiffres de créations d'emplois aux Etats-Unis très 
inférieurs aux attentes au mois de mars pesant sur l'ensemble 
des actifs risqués. 
    La progression des cours a aussi été freinée à la suite de 
l'annonce par le groupe parapétrolier Baker Hughes d'une 
nouvelle augmentation du nombre de points de forage aux 
Etats-Unis la semaine dernière, pour la douzième semaine 
consécutive.  
    Le contrat mai sur le brut léger américain (West Texas 
Intermediate, WTI)  CLc1  a gagné 54 cents, soit 1,04%, à 52,24 
dollars le baril, après avoir atteint un plus haut en séance à 
52,94 dollars. 
    Au moment de la clôture du Nymex, le Brent  LCOc1  prenait 
35 cents (0,64%) à 55,24 dollars, en repli par rapport à un pic 
en séance à 56,08 dollars, plus haut depuis le 7 mars.  
    "Les marchés pétroliers sont de nouveau en mode haussier 
après le recul du mois dernier. Le flux des nouvelles a remis le 
risque géopolitique sur le radar", a dit Frank Klumpp, analyste 
sur le pétrole à la Landesbank Baden-Württemberg.  
    Bien que la production pétrolière syrienne soit très 
limitée, la situation du pays et ses alliances au Moyen-Orient, 
en particulier l'Iran, signifie que toute escalade dans le 
conflit peut renforcer les craintes sur les approvisionnements.  
    Des analystes ont aussi souligné que le conflit en Syrie 
n'avait pas d'implications directes sur les fondamentaux du 
marché pétrolier et que la prime de risque géopolitique pourrait 
disparaître aussi rapidement qu'elle était apparue.  
    "Cela pourrait n'être qu'un mouvement spéculatif parce qu'il 
n'y a rien de fondamental pour soutenir cette hausse", a dit 
Hamza Khan, stratégiste matières premières chez ING.  
    Les cours du pétrole sont toutefois nettement repartis à la 
hausse depuis la fin du mois dernier à la faveur d'indications 
sur une augmentation de la demande aux Etats-Unis et d'une 
baisse des stocks de produits transformés.  
    Les intervenants surveillent aussi le Canada où deux 
producteurs de sables bitumineux ont réduit leur production 
après un incendie dans une installation.  
    "Les interruptions de production au Canada continueront... 
d'avoir un effet de soutien sur les prix", a dit Carsten 
Fritsch, analystes matières premières à la Commerzbank.  
     
 
 (Jessica Resnick-Ault, Marc Joanny pour le service français) 
  
 
 

Valeurs associées

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer