Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le patronat italien abaisse ses prévisions économiques

Reuters16/09/2014 à 17:26

LE PATRONAT ITALIEN ABAISSE SES PRÉVISIONS DE CROISSANCE

ROME (Reuters) - L'économie italienne devrait se contracter en 2014 pour la troisième année consécutive, alors que la dette publique continuera à augmenter, estime l'organisation patronale Confindustria.

Le produit intérieur brut (PIB) du pays devrait baisser de 0,4% cette année, après une contraction de 1,9% en 2013 et de 2,4% en 2012, a dit mardi l'association, qui tablait dans sa dernière estimation du mois de juin sur une croissance de 0,2%.

La dette italienne, qui arrive en deuxième position dans la zone euro après celle de la Grèce, atteindra 137% du PIB d'ici la fin de l'année, contre 132,6% en 2013, et continuera à augmenter à 137,9% en 2015, estime par ailleurs l'organisation.

Elle appelle le gouvernement de coalition de Matteo Renzi a prendre des "mesures d'urgence" dans le budget 2015, qui doit être présenté mi-octobre, pour réduire la fiscalité du travail et encourager l'investissement afin de soutenir la croissance.

Parallèlement, Matteo Renzi a exprimé mardi sa détermination à réformer le marché du travail, quitte à agir par décret si le Parlement bloque ses projets, tout en rejetant les accusations de lenteur portées contre son gouvernement.

D'un autre côté, le lobby patronal a averti que les réductions de dépenses publiques d'ores et déjà identifiées par le gouvernement ne paraissaient pas suffisantes pour assainir le budget de l'Etat et que le gouvernement Renzi risquait de devoir annoncer de nouvelles augmentations d'impôts qui pourraient peser davantage sur l'économie italienne.

Les espoirs de reprise en Italie ont été douchés par une série d'indicateurs négatifs ces dernières semaines. L'économie s'est contractée de 0,1% au premier trimestre après être brièvement sortie fin 2013 de deux années de récession.

Cette contraction était considérée comme un accident de parcours jusqu'à ce que les données du deuxième trimestre montrent une nouvelle baisse du PIB, de 0,2%, plongeant le pays dans sa troisième phase de récession en l'espace de six ans.

Confindustria prévoit pour l'an prochaine une timide reprise, de 0,5%, un rythme en retrait par rapport à sa précédente estimation d'une croissance de 1,0%.

Lundi, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a estimé que l'économie transalpine se contracterait cette année de 0,4% et a été encore plus pessimiste que Confindustria pour l'année 2015, prévoyant un rythme de croissance de 0,1% seulement.

Malgré l'affaiblissement de l'économie, le gouvernement de Matteo Renzi parviendra à contenir le déficit budgétaire du pays dans les limites fixées par l'Union européenne, grâce notamment à la réduction des coûts d'endettement liée au net recul des rendements des obligataions souveraines, estime Confindiustria.

L'association prévoit que le déficit budgétaire de 2014 se situera pile au plafond de 3% du PIB fixé par l'UE, pour la troisième année d'affilée, avant d'être ramené à 2,9% en 2015. Confindustria tablait en juin sur des déficits de, respectivement, 2,9% et 2,5% du PIB, pour les deux années.

(Francesca Piscioneri, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Vérionique Tison)

Mes listes

valeur

dernier

var.

24.68 +0.16%
0.36 +10.43%
4.982 -1.35%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.