1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le patron de LafargeHolcim proche du départ en raison de la Syrie-source
Reuters23/04/2017 à 15:15

 (Actualisé avec source) 
    ZURICH, 23 avril (Reuters) - LafargeHolcim  LHN.S   LHN.PA  
est sur le point d'annoncer la démission du président de son 
directoire, Eric Olsen, à la suite d'une enquête interne sur les 
activités d'une ancienne cimenterie en Syrie soupçonnée d'avoir 
financé des groupes armés, a-t-on appris dimanche de source 
proche du dossier, confirmant des informations du Figaro et du 
Financial Times. 
    Cette source a dit qu'il allait y avoir des changements à la 
tête de LafargeHolcim. 
    Le groupe cimentier a refusé de s'exprimer sur le sujet. 
    Le Figaro, se fondant sur des "sources concordantes", a 
rapporté samedi qu'Eric Olsen était "proche du départ" et qu'une 
annonce pourrait intervenir "dans les jours qui viennent, et 
vraisemblablement dès ce lundi". 
    Le Figaro et le Financial Times soulignent néanmoins que les 
négociations se poursuivent sur le sort du président du 
directoire de LafargeHolcim. 
    Le cimentier a annoncé en mars qu'une enquête interne avait 
révélé qu'une cimenterie de Lafarge en Syrie avait contribué au 
financement de groupes armés dans ce pays en guerre avant la 
fusion en 2015 entre le suisse Holcim et le français Lafarge, 
dont Eric Olsen était dirigeant. 
    Cette ancienne cimenterie à Jalabiya avait conclu des 
arrangements avec certains groupes armés et des parties visées 
par des sanctions en 2013 jusqu'à ce que l'usine soit évacuée en 
septembre 2014, avait alors précisé le premier cimentier 
mondial.   
    L'ONG française Sherpa a déposé en novembre une plainte avec 
constitution civile car elle soupçonne cette cimenterie d'avoir 
pu contribuer au financement du terrorisme en entretenant des 
relations commerciales avec le groupe Etat islamique. 
 
 (Brenna Hughes Neghaiwi, Oliver Hirt et John Revill; Bertrand 
Boucey pour le service français) 
 

Valeurs associées

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer