Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Pakistan veut séduire les grands constructeurs automobiles

Reuters06/05/2016 à 10:25

LE PAKISTAN VEUT ATTIRER LES GRANDS CONSTRUCTEURS AUTOMOBILES

par Drazen Jorgic

ISLAMABAD (Reuters) - Le Pakistan tente d'attirer des constructeurs automobiles tels que Renault et Nissan grâce à des droits à l'importation attrayants mais les convaincre de bâtir des usines sur place n'est pas aisé au vu des doutes entourant la stabilité politique et la sécurité du pays.

Le Pakistan veut remodeler un marché de l'automobile dominé par des constructeurs japonais tels que Toyota, Honda et Suzuki, dont les voitures montées sur place sont vendues à un prix relativement élevé tout en étant dépassées techniquement par les véhicules importés.

Pour ce faire, le gouvernement doit convaincre les industriels que le pays a tourné la page d'une décennie de troubles économiques et d'attaques en série des taliban pakistanais.

Le Pakistan jouit de sa plus forte croissance économique depuis huit ans, sa monnaie est stable face au dollar et les taux d'intérêt n'ont jamais été aussi bas depuis 42 ans, autant d'arguments à présenter aux investisseurs internationaux pour les dirigeants d'un pays de près de 200 millions d'habitants.

"Nous pensons qu'un ou deux investisseurs étrangers viendront au Pakistan", assure Miftah Ismail, président du Board of Investment du Pakistan. Il dit avoir eu des discussions avec Renault et son partenaire Nissan. Il a également rencontré des responsables de Fiat Chrysler Automobiles en avril et a eu des entretiens avec Volkswagen.

De source proche de Renault, on reconnaît que le Pakistan, entre autres pays, est à l'étude pour un investissement dans la production, mais que les discussions ont tout juste commencé. Renault, dans un courriel, précise qu'il n'y a aucune annonce à faire pour le moment. Jonathan Adashek, porte-parole de Nissan, a déclaré : "Le Pakistan est certainement un marché intéressant pour nous", ajoutant que rien n'avait encore été décidé.

Malgré tous les avantages proposés, le Pakistan aura du mal à sceller des accords en raison d'une stabilité politique remise en question par des putschs en série, réussis ou avortés, depuis l'indépendance du pays.

En outre, la menace d'attaques d'insurgés opposés au gouvernement d'Islamabad, les taliban en particulier, reste élevée, en dépit de l'engagement de l'armée depuis des années.

DU POTENTIEL

"Il y a du potentiel au Pakistan, c'est indubitable", dit Puneet Gupta, associé du consultant IHS Automotive. "Mais on a vraiment le sentiment que, à moyen et long terme, le Pakistan n'est pas dans une condition de relative stabilité."

Les investisseurs risquent aussi d'être dissuadés par un marché de l'automobile qui n'a représenté que 180.000 véhicules vendus durant l'exercice 2014-2015. L'Inde voisine absorbe plus de deux millions de voitures particulières par an.

"Le marché pakistanais n'est pas assez grand", résume Mumshad Ali, président de la Pakistan Association of Automotive Parts. Selon lui, la nouvelle politique du gouvernement n'est pas assez énergique pour attirer de nouveaux constructeurs et elle ne propose pas de moyens d'augmenter la demande, par le biais de la fiscalité indirecte par exemple.

Les associés locaux de Suzuki, Toyota et Honda n'ont pas répondu aux sollicitations de Reuters.

Mais selon Mumshad Ali, ils n'apprécient guère qu'Islamabad courtise d'éventuels nouveaux venus, estimant qu'ils pourraient être pareillement encouragés à construire de nouveaux sites et à moderniser les usines existantes.

Miftah Ismail a dit que les nouveaux investisseurs pourraient importer les machines destinées aux usines sans droits de douane. Les droits sur les pièces détachées importées seraient fixés à 10%. Ils sont de 30% pour les constructeurs déjà implantés.

Certains Pakistanais se plaignent des prix élevés et de la qualité des voitures produites localement qui souvent sont dépourvues d'airbags, de système anti-blocage ABS et d'autres caractéristiques devenues la norme ailleurs.

La voiture la moins chère, la Suzuki Mehran, vaut 650.000 roupies (5.400 euros), soit le double environ du prix du modèle comparable vendu en Inde.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Tangi Salaün et Gilles Trequesser)

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.922 +0.55%
27 +0.63%
22.46 -0.80%
98.06 -1.68%
5.5 -2.83%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.