Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le nouveau plan d'austérité en Grèce à l'épreuve du parlement

Reuters05/11/2012 à 13:56

par George Georgiopoulos et Michael Winfrey

ATHÈNES (Reuters) - Le gouvernement grec soumet ce lundi au Parlement son nouveau plan d'austérité de 13,5 milliards d'euros, un ensemble de mesures de baisse des dépenses, de hausse des impôts et d'assouplissements du marché du travail qui met à l'épreuve la coalition au pouvoir et suscite la colère d'une partie de la population.

L'adoption de ce plan d'austérité, porté par le premier ministre, Antonis Samaras, et celle du budget 2013 sont cruciales pour la Grèce afin de débloquer une tranche d'aide de 31,5 milliards provenant du plan de sauvetage accordé en mai par le Fonds monétaire international et l'Union européenne.

"Il s'agit des dernières baisses des salaires et des retraites", a déclaré Antonis Samaras dans un discours prononcé dimanche devant des membres de son parti, Nouvelle Démocratie.

"Nous avons promis d'éviter la sortie de l'euro du pays et c'est ce que nous faisons. Nous en avons fait une priorité absolue car si nous n'y arrivons pas, tout le reste sera insignifiant."

Juste après le plan d'austérité, les députés examineront le projet de budget 2013, sur lequel ils pourraient se prononcer dimanche.

Les puissants syndicats du public et du privé appellent à une grève générale de 48 heures à partir de mardi matin pour protester contre ces réformes et ils prévoient une grande manifestation dans les rue d'Athènes.

Des arrêts de travail sont notamment prévus dans la presse, la santé, les transports publics et la distribution.

Les syndicats estiment que les mesures prévues ne feront qu'aggraver une récession qui a amputé de 20% le produit intérieur brut (PIB) du pays depuis le début de la crise et porté le taux de chômage à 25%.

"NOUS N'ALLONS PAS RECULER MAINTENANT"

L'austérité a déjà coûté cher aux partis au pouvoir dans l'opinion: selon un sondage PULSE publié vendredi, la cote de popularité de Nouvelle Démocratie dans l'opinion est tombé à 22%, contre 30% lors des élections de juin dernier, celle du Parti socialiste (Pasok), son principal partenaire, à 7% contre 12,3%.

La Gauche démocratique, le plus petit des trois membres de la coalition, a quant à elle promis de s'opposer à la baisse des salaires et des pensions de retraite ainsi qu'à la suppression de l'indexation des rémunérations sur les prix.

L'un des députés du Pasok a démissionné la semaine dernière en signe de protestation contre les nouvelles mesures d'austérité et cinq autres ont annoncé qu'ils ne voteraient pas le plan.

Mais même sans ces défections, Nouvelle Démocratie peut espérer réunir une majorité de 154 voix sur 300 lors du vote qui devrait avoir lieu mercredi.

"Nous n'allons pas reculer maintenant, alors que nous en somme à la dernière étape", a déclaré dimanche le chef de file du Pasok, Evangelos Venizelos.

La "troïka" composée du FMI, de l'UE et de la Banque centrale européenne a accordé un délai supplémentaire à la Grèce pour dégager un excédent budgétaire primaire (hors service de la dette) de 4,5%.

Cela devrait donner une bouffée d'oxygène à l'économie grecque, mais le gouvernement a annoncé mercredi que la récession devrait être plus marquée en 2013 qu'initialement prévu et que la dette devrait culminer à 192% du PIB en 2014, soit 10 points de plus qu'attendu jusqu'alors.

Cela a nourri les spéculations sur l'éventualité d'un nouveau plan de restructuration de la dette grecque, ce qui est un point de discorde entre le FMI et l'Allemagne, premier créancier européen du pays.

Avec Renee Maltezou, Constance De Cambiaire pour le service français, édité par Marc Angrand


Mes listes

valeur

dernier

var.

12.42 -0.96%
5413.3 -0.57%
0.705 -20.34%
0.351 +0.57%
0.64 +1.59%
66.15 +0.56%
0.705 -1.98%
44.08 +0.18%
1.051 -10.63%
1.283 -0.09%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.