Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Medef presse Macron de ne pas "trembler" sur la réforme du travail

Reuters29/08/2017 à 18:34
    * Le gouvernement présente sa réforme du Code du travail 
jeudi 
    * Pierre Gattaz ne veut pas de "demi-mesures" 
    * Il demande à Macron une baisse des taxes sur la production 
 
    par Caroline Pailliez 
    JOUY-EN-JOSAS, Yvelines, 29 août (Reuters) - A deux jours de 
la présentation de la réforme du Code du travail, le président 
du Medef a exhorté mardi Emmanuel Macron à éviter les 
"demi-mesures" afin de créer "une dynamique de confiance" en 
France. 
    "Maintenant, on est au pied du mur. On est à 48 heures. 
C'est extrêmement important que la main ne tremble pas", a dit 
Pierre Gattaz à l'ouverture de la 19e édition de l'université 
d'été de l'organisation patronale, qui se tient à Jouy-en-Josas 
(Yvelines) jusqu'à mercredi. 
    "Cette réforme, on a essayé de la faire avec la loi 
Rebsamen, ça n'a pas marché, avec la loi El Khomri, ça n'a pas 
marché. Emmanuel Macron a été élu avec ce programme (...). 
Est-ce qu'on veut créer une dynamique de confiance et la garder 
ou est-ce qu'on veut de nouveau faire des demi-mesures qui 
seront extrêmement décevantes?", a-t-il ajouté.  
    Le gouvernement présentera jeudi les cinq ordonnances visant 
à réformer le Code du travail, après une ultime rencontre avec 
les partenaires sociaux.  
    Au programme: la redéfinition d'une nouvelle articulation 
entre accords de branche et accords d'entreprise, la 
simplification du dialogue social et la modification du régime 
juridique de la rupture du contrat de travail. 
    "Ce n'est pas une réforme pour le Medef", a dit Pierre 
Gattaz devant un parterre de dirigeants d'entreprises. "C'est 
pour la France, pour le pays, pour qu'on reparte vers la 
croissance." 
    Le patron du Medef dit surveiller de près la question du 
dialogue direct en entreprise en l'absence de délégué syndical, 
principal point de friction entre les partenaires sociaux, qui 
n'était pas encore tranché mardi.  
   "C'est un point vraiment important. J'espère qu'il y aura une 
solution. Parce que sinon on aura fait tout cela pour pas 
grand'chose".  
     
    PAS DE RIBAMBELLE D'EXCEPTIONS 
    Il attend également d'être fixé sur le plafond et le 
plancher des indemnités prud'homales que le gouvernement 
souhaite encadrer pour "sécuriser" les relations de travail. Ce 
barème concerne les licenciements abusifs à l'exception des cas 
de harcèlement et de discrimination. 
    "S'ils sont positionnés pour être compatibles avec les 
TPE/PME, ce sera très bien", a-t-il dit. "Mais si vous ajoutez 
toute une ribambelle d'exceptions, (...) vous ruinez le 
principe." 
    Pour que la réforme porte ses fruits, elle doit 
s'accompagner d'une réforme fiscale qui "s'ancre dans la durée", 
a estimé le président du Medef. 
    A ce titre, il salue la volonté d'Emmanuel Macron de baisser 
le taux de l'impôt sur les sociétés (IS) pour le ramener à 25% 
en 2022 et de réformer l'impôt sur la fortune (ISF).  
    Mais il l'exhorte à "s'occuper des taxes de production", 
comme la contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S), 
la cotisation foncière des entreprises (CFE) ou encore la 
cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), qui ont 
augmenté "sournoisement de 10 à 20%" en quelques années. 
    "Une entreprise a besoin d'avoir des marges restituées et un 
taux d'impôts qui soit idéalement dans la moyenne européenne", 
explique-t-il.  
    Il encourage encore le gouvernement à transformer le crédit 
d'impôt compétitivité emploi (CICE) en baisse de charges, sous 
réserve que cela ne conduise pas à une augmentation du coût du 
travail, ce qui "serait absurde et contre-productif". 
 
 (Edité par Sophie Louet) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.