Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le mariage PSA-General Motors accueilli avec méfiance

Reuters01/03/2012 à 16:50

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - L'alliance historique officialisée mercredi soir entre PSA Peugeot Citroën et General Motors a reçu jeudi un accueil mitigé, syndicats et analystes regrettant le flou entourant les implications du projet en matière d'emploi et le délai envisagé avant ses premières retombées concrètes.

La question des surcapacités en Europe de PSA et d'Opel, la filiale européenne de GM, est la grande absente du mariage annoncé. Les deux groupes ont simplement indiqué que leur alliance renforçait les plans de performance qu'ils ont chacun établis pour restaurer leur profitabilité en Europe, mais sans s'y substituer.

"La concrétisation de cette alliance va prendre du temps", résume Brian Johnson, analyste automobile chez Barclays Capital. "A nos yeux, l'annonce d'hier ressemble davantage à l'esquisse d'une structure qu'à quelque chose de structuré et de bien planifié."

"Il faudra plusieurs mois avant de savoir si les deux groupes peuvent travailler ensemble de manière productive, sans oublier les incertitudes politiques", ajoute-t-il dans une note.

PSA et GM ont prévenu que les synergies annuelles de 1,5 milliard d'euros attendues de leur rapprochement ne seraient pas atteintes avant 2016, horizon également fixé pour l'arrivée des premiers véhicules communs aux deux groupes.

En Bourse, l'action PSA continuait de dégringoler jeudi. Le titre perdait 6,95% à 14,00 euros vers 14h40, dans un volume représentant plus de deux fois son volume quotidien des trois derniers mois.

Analystes et industriels estiment autour de 20% les surcapacités automobiles sur le marché européen. Si l'on applique cette arithmétique à l'outil industriel de PSA et Opel, quatre sites au total devraient, mathématiquement, fermer.

Un comité de groupe européen extraordinaire de PSA va être convoqué mi-mars pour examiner le rapprochement avec le géant de Detroit, a indiqué la CFE-CGC, principal syndicat du constructeur français.

"Les salariés impliqués dans les synergies à venir (...) et ceux de l'appareil de production, qui constatent que le groupe GM dispose en Europe de nombreux sites, attendent (...) des réponses", a souligné le syndicat dans un communiqué.

QUELLES PLATES-FORMES EN EUROPE ?

En présentant à New York son projet avec GM, le président du directoire de PSA, Philippe Varin, a souligné que l'alliance permettrait au constructeur français de faire des choses qu'il était désormais impensable de réaliser en solo.

"Nous travaillerons ensemble sur de futurs programmes (de) produits, ce qui nous permettra non seulement de réduire nos dépenses d'investissement (...) mais aussi d'amener sur le marché des véhicules que nous n'aurions jamais été capables de faire seuls", a-t-il déclaré.

La production de véhicules sur des plates-formes communes à vocation mondiale permettra de substantielles économies d'échelle et donnera à PSA la capacité d'accélérer à nouveau un développement international qui a été freiné par ses difficultés financières de 2011.

Mais la question reste entière de savoir où en Europe seront produits les futurs modèles issus de ces plates-formes.

A eux deux, PSA et Opel possèdent vingt usines d'assemblage sur le continent. Les deux groupes concentreront d'abord leurs efforts communs sur le segment des Citroën C3, Peugeot 207-208 et Opel Corsa, et sur celui des Citroën C5, Peugeot 508 et Opel Insigna.

La C3 est produite à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), site le plus menacé du groupe, et les C5-508 à Rennes (Ille-et-Vilaine). Côté Opel, l'Insigna est assemblée en Allemagne, et la Corsa en Allemagne et en Espagne.

"Nous sommes très inquiets pour les usines françaises dont la première est Aulnay, mais aussi pour l'emploi dans les centres de Recherche et Développement", a réagi Xavier Lelasseux, délégué CFDT chez PSA.

Avant l'annonce de son alliance avec GM, PSA avait dévoilé en octobre un plan de suppression de 6.000 postes en Europe, pour l'essentiel en France, dont un millier en production.

UN GROUPE "EN PLEINE MUTATION"

En Bourse, au terme d'un mouvement de yo-yo très marqué ces derniers jours, l'action PSA était revenue jeudi à ses niveaux d'avant les premières rumeurs d'alliance avec GM, le 21 février.

La perspective de l'augmentation de capital pèse notamment sur le cours. "L'augmentation de capital ne pourra pas se faire sans une grosse décote (au moins 15-20%) pour que les banques acceptent de garantir la moitié non souscrite par GM ou la famille Peugeot", a commenté un trader à Paris.

"Nous conseillons de ne pas nous focaliser sur le court terme en ne prenant en compte qu'un impact négatif de la dilution de l'augmentation de capital", relativisait cependant CMC-CIC Securities dans une note. "Mais plutôt sur un groupe, sous-valorisé, en pleine mutation, qui vient de nouer un accord stratégique majeur attendu depuis longtemps par le marché."

L'agence de notation Moody's a dès mercredi soir fait savoir qu'elle ne voyait pas d'impact significatif de l'alliance à moyen terme sur les notes de crédit de PSA comme de GM.

"Si l'alliance annoncée avec GM devrait se traduire par des réductions de coûts notamment dans le domaine des achats et des dépenses de recherche-développement sur le moyen/long terme, Moody's estime que les dépenses immédiates auront un impact défavorable sur les résultats de PSA à court terme", a cependant précisé l'agence jeudi, en reléguant la note du groupe français en catégorie "junk" au vu de ses résultats 2011.

En dépit de l'alliance annoncée, Moody's a ainsi abaissé la note crédit de PSA à "Ba1", premier cran de la catégorie spéculative, contre Baa3, comme elle avait menacé de le faire le mois dernier.

Edité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

58.04 -1.26%
AXA
20.67 -0.39%
25.68 -0.39%
5.842 -0.85%
0.603 +1.86%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.