Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le marché pub devrait à nouveau reculer en 2013, selon M6

Reuters17/10/2012 à 20:01

M6 S'ATTEND À UN NOUVEAU RECUL DU MARCHÉ PUBLICITAIRE EN 2013

PARIS (Reuters) - Le marché publicitaire de la télévision en France devrait connaître une nouvelle baisse l'an prochain après un repli déjà attendu pour cette année, a déclaré mercredi le président du directoire de M6 Nicolas de Tavernost.

Lors d'une rencontre avec des journalistes, il a estimé que le secteur de la télévision française risquait de connaître des problèmes de financement dans les trois années à venir, en raison de l'augmentation du nombre de ses acteurs dans un marché publicitaire tendu.

"Nous prévoyons une baisse relativement significative en 2013", a-t-il expliqué à propos des investissements publicitaires à la télévision, ajoutant que l'année 2012 devrait déjà se terminer par un repli.

Les recettes publicitaires des chaînes devraient ainsi s'établir aux environs de 3,3 milliards d'euros cette année, contre 3,496 milliards en 2011.

La chaîne concurrente TF1 a également fait état d'un marché publicitaire dégradé, son PDG Nonce Paolini ayant estimé mi-septembre que la tendance au deuxième semestre s'annonçait dans la lignée du premier qui s'était traduit par un recul de 5,9% des recettes de sa chaîne vedette.

Dans ce contexte, l'arrivée programmée de six nouvelles chaînes sur la TNT en décembre et l'offensive du groupe de télévision payante Canal+ (groupe Vivendi) dans le gratuit risquent de créer des difficultés, a pronostiqué le dirigeant de M6.

"La télévision va devenir un sujet de préoccupation à l'instar du marché des télécoms", a-t-il prévenu, battant en brèche l'idée selon laquelle un accroissement de l'offre télévisuelle serait susceptible de susciter une demande supplémentaire des annonceurs.

M6 VEUT ÊTRE INDEMNISÉ POUR SA CHAÎNE BONUS

Entre 2006 et 2011, le marché publicitaire de la télévision est resté stable alors que l'offre de chaînes a été multipliée par trois dans le même temps, a-t-il souligné.

Si la suppression de la publicité sur France Télévisions après 20h00 a permis d'éviter un effondrement du marché pendant cette période, l'augmentation à venir du nombre d'acteurs met en péril l'équilibre du secteur, a-t-il jugé.

"La France avec ce marché publicitaire n'a pas les moyens de financer 25 chaînes de télévision gratuites correctes", a-t-il expliqué, pronostiquant des plans sociaux ainsi que des difficultés au niveau de la production de contenus.

Face à ces perspectives, le dirigeant du groupe de télévision, qui contribuera lui-même à l'augmentation de l'offre de chaînes avec le lancement de 6Ter en décembre, milite pour un assouplissement des règles encadrant la publicité à la télévision.

Il plaide également pour la suppression du taux de TVA réduit dont bénéficient les services de télévision payants par rapport à leurs équivalents gratuits, une "niche fiscale" qui représente selon lui 500 millions d'euros.

Nicolas de Tavernost a par ailleurs indiqué que son groupe allait demander une indemnisation financière en compensation de la non-obtention de sa "chaîne bonus", confirmant des informations du quotidien Les Echos.

La loi prévoyait l'octroi aux historiques TF1, M6 et Canal+ des canaux dits compensatoires en contrepartie de l'extinction du signal analogique en France mais face à l'hostilité des autorités européennes, le gouvernement a décidé de ne pas les attribuer.

Le préjudice serait estimé par la chaîne aux environs de 100 millions d'euros.

Gwenaelle Barzic, édité par Jean-Michel Bélot

Mes listes

valeur

dernier

var.

8.62 -0.58%
263.962 -0.45%
5398.32 -0.35%
10.378 -0.06%
101.32 -0.02%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.