Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Luxembourg lève le secret bancaire pour l'UE

Reuters10/04/2013 à 18:05

LE SECRET BANCAIRE EN EUROPE

par Michele Sinner

LUXEMBOURG (Reuters) - Le Luxembourg prévoit de supprimer le secret bancaire pour les particuliers ressortissants de l'Union européenne titulaires de comptes sur son sol à compter du 1er janvier 2015, a annoncé mercredi son Premier ministre Jean-Claude Juncker.

Par cette décision emblématique d'échange automatique de données, le Luxembourg s'aligne sur l'ensemble des pays de l'UE, à l'exception de l'Autriche, et accentue la pression sur Vienne.

La nouvelle législation, qui doit encore être approuvée par le parlement luxembourgeois, ne concernera que les particuliers européens et non les nombreuses entreprises étrangères qui ont basé leurs sièges sociaux au Grand Duché.

Elle mettrait fin à des décennies de secret bancaire au Luxembourg, devenu, grâce notamment la pratique du secret bancaire, l'un des principaux centres financiers européens.

"Nous pouvons, sans grand dommage, instaurer un échange automatique d'informations bancaires à partir du 1er janvier 2015", a déclaré Jean-Claude Juncker au Parlement. "Nous suivons un mouvement général (...)."

Le président français François Hollande, qui a annoncé le même jour une série de mesures de lutte contre la délinquance financière, a estimé que les paradis fiscaux devaient "être éradiqués en Europe et dans le monde".

Jean-Claude Juncker s'est défendu toutefois d'avoir cédé à la pression allemande. Berlin a annoncé mardi que les cinq principales économies de l'UE, l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l'Italie et l'Espagne, allaient coopérer plus étroitement pour lutter contre la fraude fiscale.

Ces dernières semaines, le Luxembourg, où les dépôts bancaires représentent environ dix fois le PIB, a fait l'objet de fortes pressions pour modifier sa législation, ne serait-ce que par un effet de comparaison avec Chypre.

Son renflouement a souligné la fragilité de la position des petits Etats de l'UE quand ils se retrouvent en difficulté. Le secteur financier chypriote est, comme au Luxembourg, hypertrophié en raison des fonds étrangers attirés par la faiblesse de la fiscalité.

"NOUS NE POUVONS PAS REFUSER"

La pression sur le Grand-Duché a également été accrue par le rapport publié par le consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) basé à Washington qui détaille la manière dont les banques aident leurs clients fortunés à utiliser les paradis fiscaux.

Le Luxembourg doit aussi signer un accord de transparence financière avec les Etats-Unis, qui font pression depuis longtemps que sur divers pays, notamment la Suisse, pour faire cesser la soustraction de fonds au fisc américain.

"Nous ne pouvons pas refuser aux Européens ce que nous devrons concéder aux Américains dans un traité bilatéral", a expliqué Jean-Claude Juncker.

L'échange automatique d'informations facilitera la tâche aux services fiscaux. En effet la plupart des pays développés partagent les informations sur les contribuables et titulaires de comptes "à la demande". Mais, cela suppose que les autorités qui demandent des renseignements soupçonnent une infraction. Ce qui fait que cette méthode au cas par cas n'est pas très efficace pour démasquer les fraudeurs.

Mercredi, Jean-Claude Juncker s'est attaché à minimiser l'impact de la levée du secret bancaire.

"Le secteur financier au Luxembourg ne dépend pas de manière existentielle du secret bancaire, les lumières ne vont pas s'éteindre".

La Commission européenne a salué l'annonce de Jean-Claude Juncker et souligné que des discussions étaient en cours avec l'Autriche pour l'encourager à adhérer à la directive sur l'épargne, un texte qui, selon ses partisans, contribue à la lutte contre l'évasion fiscale dans l'ensemble de l'UE. L'Autriche est le seul pays qui n'a pas adhéré en totalité.

La Commission européenne a averti Vienne lundi que son refus de modifier ses règles en la matière risquait de la placer dans une position "isolée et intenable".

Le chancelier autrichien Werner Faymann a déclaré mardi que Vienne discuterait avec l'UE des moyens de lutter contre l'évasion fiscale, même si la ministre des Finances Maria Fekter a promis de se battre "comme une lionne" pour sauvegarder le régime actuel du secret bancaire.

Véronique Tison et Danielle Rouquié pour le service français, édité par Nicolas Delame


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.