Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le logement a enrayé sa chute au premier trimestre

Reuters23/04/2013 à 18:53

L'IMMOBILIER RÉSIDENTIEL POURRAIT AVOIR TOUCHÉ LE CREUX DE LA VAGUE

PARIS (Reuters) - L'immobilier résidentiel a sans doute touché le creux de la vague au premier trimestre 2013 en France mais le secteur de la construction continuera de souffrir en raison de la faiblesse de l'accession à la propriété.

Le tableau de bord trimestriel de l'Observatoire Crédit logement publié mardi montre une nette atténuation de la baisse en volume de la production de prêts à l'habitat par rapport au rythme de 2012 : -8,7% par rapport au quatrième trimestre 2012 contre une chute de 26,4% sur l'ensemble de 2012.

Comparée au premier trimestre 2012, la baisse reste néanmoins importante (-18,8%).

Mais la production s'accompagne d'une hausse sensible (+5,1%) de l'endettement moyen des ménages qui contractent un prêt habitat, ce qui fait que le nombre de crédits accordés connaît une légère hausse par rapport au trimestre précédent après près de deux années de baisse continue.

"On est sur un sentiment global sur le marché qu'on a très certainement atteint le creux de la vague", a déclaré l'économiste Michel Mouillart lors de la présentation du tableau de bord de Crédit logement.

Cette stabilisation à un bas niveau reflète toutefois des situations contrastées pour l'immobilier neuf et l'ancien.

Le premier subit de plein fouet les effets de l'arrêt, fin 2012, du dispositif Scellier pour l'investissement locatif et surtout des nouvelles modalités du PTZ+ (prêt à taux zéro) pour les primo-accédants modestes.

Selon Michel Mouillart, cette réforme, qui fixe des plafonds de ressources pour l'éligibilité au PTZ en fonction de la localisation du logement, a virtuellement fermé aux ménages les plus modestes les zones où l'immobilier est le moins tendu - B2 et C dans la nomenclature officielle -, pourtant des cibles privilégiées des jeunes ménages.

DU MIEUX DANS L'ANCIEN

"Cinquante pour cent du marché s'est évaporé pour eux", dit-il. La conséquence en est que la proportion du nombre d'emprunteurs de moins de 35 ans sur le marché du neuf a chuté de 52,5% en 2012 à 45,3% depuis début 2013.

De même, la part des ménages gagnant moins de trois fois le smic est passée dans le même temps de 40,1% à 34,2%.

Au bout du compte, la production en volumes de crédits immobiliers pour le marché du neuf a chuté de 32,6% sur le trimestre (-11,3% sur un an).

L'ancien connaît par comparaison une embellie après un exercice 2012 marqué par une chute de 35,5% liée à la décision du précédent gouvernement de réserver le PTZ à l'immobilier neuf. D'un trimestre sur l'autre, le volume des nouveaux crédits dans l'ancien progresse de 7%.

En nombre, la hausse est limitée à 1,4% en tenant compte de coûts d'opérations quasi stables (+0,4%) et d'un endettement moyen en croissance de 6,8%

Michel Mouillart explique la hausse de l'endettement des ménages qui contractent un crédit par le blocage du marché de l'ancien, qui rend plus difficile la revente d'un bien pour en acheter un autre, mais aussi par le niveau historiquement bas des taux d'intérêt des prêts qui pousse à investir.

En mars, les taux d'intérêt du secteur concurrentiel se sont inscrits à 3,07% en moyenne, soit 88 points de base de moins qu'en février 2012.

Pour Michel Mouillart, les conditions de crédit favorables devraient permettre de suppléer le soutien public en 2013, ce qui permettra à l'activité de se stabiliser, voire repartir.

Mais la nouvelle donne du PTZ fait que, selon lui, l'accession à la propriété risque de rester "scotchée à un bas niveau dans le neuf", avec pour conséquence que le secteur de la construction, alimenté à 65% par l'accession à la propriété, ne se redressera pas.

Là où le gouvernement s'est fixé pour objectif la construction de 500.000 logements par an, l'économiste estime "qu'on en fera pas plus de 320.000 en 2013, et encore si les organismes HLM travaillent un peu !".

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Mes listes

valeur

dernier

var.

7.224 +0.42%
1.158 -0.36%
29.97 -2.06%
21.08 -1.40%
0.393 -0.51%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.