Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le Japon favori pour un gros contrat de sous-marins australiens

Reuters02/12/2014 à 10:26

TOKYO FAVORI POUR UN CONTRAT DE SOUS-MARINS EN AUSTRALIE

SYDNEY (Reuters) - L'Australie a renoncé à un appel d'offres ouvert pour renouveler sa flotte de sous-marins, ce qui laisse le Japon en première ligne pour s'imposer dans un programme d'un coût total estimé à 40 milliards de dollars australiens (27 milliards d'euros).

"Nous devons prendre des décisions maintenant et n'avons pas le temps de nous engager dans un processus spéculatif", a déclaré le Trésorier australien Joe Hockey au diffuseur australien ABC.

Reuters avait rapporté en septembre que l'Australie, qui cherche à remplacer ses sous-marins de la classe Collins, pourrait acheter au Japon jusqu'à 12 sous-marins à propulsion classique.

L'Australie pourrait opter pour le sous-marin japonais de nouvelle génération Soryu, construit par Mitsubishi Heavy Industries et Kawasaki Heavy Industries, a-t-on appris de sources au fait du dossier.

Aucun industriel n'a pour l'instant été choisi pour ce programme, a déclaré un porte-parole du ministère australien de la Défense.

La décision du gouvernement australien de renoncer à un appel d'offres ouvert n'en paraît pas moins ruiner les espoirs du suédois Saab, du français DCNS et de l'allemand ThyssenKrupp Marine Systems, qui avaient tous fait état de leur intérêt pour le programme australien.

(Matt Siegel, Patrick Vignal pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mfouche2
    02 décembre12:28

    Il me semblait pourtant que notre bien aimé président Normal 1er avait été en Australie récemment et que de plus notre industrie de l'armemznt été réputée au delà de nos frontières. J'ai dû rater un épisode . Ah oui , c'est la signature de la France qui pose problème de fiabilité ! Et oui ....

    Signaler un abus

  • dotcom1
    02 décembre11:18

    @cydonia : la maîtrise des technologies marines me sembe pourtant évident pour la 3e puissance mondiale, qui plus est un archipel! Faut sortir un peu.

    Signaler un abus

  • CYDONIA
    02 décembre10:52

    Je savais même pas que le japon fabriquait des sous marin

    Signaler un abus

  • d.e.s.t.
    02 décembre10:37

    Les Français ne sont plus crédibles: ils construisent mais refusent de livrer!Suicidaire, l'ectoplasme élyséen!

    Signaler un abus

  • nono67
    02 décembre09:40

    ben c'est plus pratique de choisir son fournisseur entre copains pour 27 milliards d'euros . Et comme dit le " tresorier ", ça urge !!! bravo les kangourous !! Sinon en france on va renouveler la flotte......des stylos du ministères des affaires sociales . Une multitude de fonctionnaires zélés planchent sur l'appel d'offre public qui va âtre lancé en 2015 ou 2016 pour ce marché évalué à 260 000 euros . A noter que les organisations syndicales ont la possibilité de contester cet appel d'offre:)

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.