Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Japon et l'UE vont discuter d'un accord de libre-échange

Reuters25/03/2013 à 15:47

LE JAPON ET L'UE PRÊTS À DISCUTER D'UN ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE

par Kaori Kaneko et Robin Emmott

TOKYO/BRUXELLES (Reuters) - Le Japon et l'Union européenne se sont entendus lundi pour entamer des discussions en vue de conclure un accord de libre-échange, en dépit des réticences des constructeurs automobiles européens, les deux puissances économiques espérant ainsi doper leur croissance.

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, ainsi que le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, se sont mis d'accord au cours d'une conférence téléphonique qui a remplacé un sommet prévu lundi à Tokyo, déprogrammé en raison de la crise chypriote.

"Les dirigeants ont décidé d'ouvrir des négociations sur un accord de coopération politique, (économique) globale et sectorielle", disent-ils dans un communiqué commun. Les négociations débuteront en avril et s'achèveront "le plus tôt possible", précisent les trois dirigeants.

Bruxelles et Tokyo souhaitent renforcer leurs échanges économiques, qui représentent un tiers de la production économique mondiale mais dont le développement est entravé par une série de mesures protectionnistes.

Le Japon essaie depuis trois ans d'obtenir un meilleur accès au marché européen -500 millions de consommateurs- pour ses voitures ou encore son matériel électronique, comme c'est le cas de la Corée du Sud depuis 2011. Les Européens lorgnent de leur côté sur les marchés de l'agroalimentaire et des chemins de fer nippons.

L'accord de libre-échange devra "répondre à toutes les questions d'intérêt commun pour stimuler la croissance aussi bien au Japon que dans l'Union européenne et contribuer de la sorte au développement de l'économie mondiale", dit le communiqué.

CONSTRUCTEURS AUTOMOBILES INQUIETS

Troisième économie mondiale, le Japon est le septième marché à l'export pour les produits européens, avec 69 milliards d'euros en 2011. L'UE est de son côté le troisième marché pour le Japon, avec 6.500 milliards de yens (52,8 milliards d'euros) en 2012.

La Commission européenne estime qu'un accord de libre-échange permettrait d'augmenter de 1% la production des deux entités.

La conclusion d'un tel accord va cependant se heurter aux réticences des constructeurs automobiles européens, qui éprouvent, comme tous les autres constructeurs étrangers, les pires difficultés à entrer sur le marché nippon.

Le Japon ne taxe pas les véhicules importés, contrairement à Bruxelles avec une taxe de 10% sur les voitures japonaises, mais il compense avec des mesures protectionnistes cachées, comme des normes environnementales et de sécurité plus contraignantes que les standards internationaux adoptés par l'UE, ce qui rend toute procédure d'homologation longue et coûteuse.

La classification des véhicules est également différente, la plupart des voitures "légères" européennes n'entrant pas au Japon dans cette catégorie qui bénéficie d'exemptions de taxes importantes.

Ces règles inquiètent particulièrement les constructeurs français et italiens, spécialisés dans le segment des petits modèles et qui souffrent déjà de l'effondrement des ventes de véhicules neufs en Europe.

Les négociateurs commerciaux européens ont par conséquent reçu pour consigne de mettre fin aux discussions au bout d'un an si Tokyo n'a pas manifesté d'ici là son intention de lever ces "barrières non tarifaires".

Avec Philip Blenkinsop à Bruxelles; Tangi Salaün pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Mes listes

valeur

dernier

var.

12.61 +0.08%
5614.51 -0.13%
0.34 -6.85%
1.177 0.00%
11.108 0.00%
130.65 -4.57%
204.65 -0.29%
8.1 +1.25%
20.04 -1.91%
110 -0.54%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.