Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouverneur de la Banque de France s'attaque au smic
Le Point29/04/2014 à 12:33

En 2013, le gouverneur de la Banque de France avait décliné un véritable manuel de libéralisation de l'économie française à l'usage de François Hollande, dans sa lettre annuelle adressée au président de la République. Cette année, Christian Noyer récidive dans sa nouvelle missive au président de la République.

S'il juge les "deux inflexions majeures" de la politique économique du gouvernement, avec la priorité donnée au redressement de la compétitivité des entreprises et la baisse des dépenses publiques, Christian Noyer estime qu'il devrait aller beaucoup plus loin. "Il faut bien comprendre que l'allègement de charges n'est pas une condition suffisante de la restauration de la compétitivité", assène un des artisans de la politique monétaire de la zone euro.

Sans amélioration de "l'environnement économique et juridique" pour restaurer leur "confiance en l'avenir", la restauration des marges dégagées par les entreprises ne serait pas suffisante pour faire repartir l'investissement. Pour Christian Noyer, cela passe par une flexibilisation accrue de l'économie, en particulier du marché du travail.

Revoir les modalités de revalorisation du smic

Positif, l'accord du 11 janvier 2013 sur la "sécurisation de l'emploi" n'en est pas moins jugé insuffisant : "Le marché du travail demeure trop rigide et trop peu incitatif à la prise de risques par les entreprises pour créer des emplois", estime le gouverneur de la Banque de France. Pour y...

Lire la suite sur Le Point.fr

143 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • JUFRABRE
    05 mai11:00

    Christian Noyer nous brise les noix avec ses propos provocateurs. Avec son salaire, on pourrait payer 500 smicards ! Pas gêné, le type...et surtout, aucune humanité; La seule psychopathie autorisée et non répréhensible : celle des financiers : Ils s'autorisent en toute impunité à détruire les autres, sous de bons prétextes soit-disant économiques ! Cool !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer