1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouverneur de Djakarta ira deux ans en prison pour blasphème
Reuters09/05/2017 à 07:08

 (Actualisé avec précisions, contexte) 
    par Fergus Jensen 
    DJAKARTA, 9 mai (Reuters) - Le gouverneur chrétien de 
Djakarta a été déclaré coupable de blasphème contre l'islam et 
condamné à deux ans de prison mardi, à l'issue d'un procès 
considéré comme un test pour la tolérance religieuse dans le 
plus grand pays musulman du monde. 
    Basuki Tjahaja Purnama, connu sous le surnom populaire 
d'"Ahok", a annoncé son intention de faire appel. 
    La peine prononcée est supérieure à ce qui était attendu. 
Des images diffusées par les télévisions ont montré certains de 
ses partisans en larmes. 
    Fin avril, le ministère public avait requis un an de prison 
à l'encontre du gouverneur pour discours d'incitation à la 
haine.  
    Avant l'énoncé du verdict, plusieurs centaines de membres de 
groupes islamistes fondamentalistes s'étaient rassemblés devant 
le tribunal de la capitale pour demander que le gouverneur soit 
condamné à la peine la plus lourde possible, soit quatre ans. 
    Son procès s'était ouvert à la fin de l'année dernière à la 
suite de plaintes de musulmans concernant des propos tenus sur 
l'utilisation du Coran pendant la campagne électorale. 
    Le gouverneur n'a pas réussi à se faire réélire en avril. 
Son rival musulman vainqueur, Anies Baswedan, doit 
officiellement prendre ses fonctions en octobre. 
    Purnama a démenti avoir commis une infraction, mais il avait 
toutefois présenté ses excuses.    
    Human Rights Watch (HRW) a qualifié le verdict d'"énorme 
recul".  
    Le président indonésien Joko Widodo, allié du gouverneur 
Purnama, avait appelé les parties à la retenue et au respect de 
la procédure judiciaire. 
    Plusieurs milliers de policiers avaient été déployés dans le 
capitale au cas où des incidents surviendraient entre partisans 
et adversaires de Purnama. 
    Le gouvernement a annoncé lundi son intention de dissoudre 
le Hizb ut-Tahrir Indonesia (HTI), groupe qui vise à 
l'établissement d'un califat musulman, pour menaces à l'ordre 
public. 
 
 (Danielle Rouquié pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer