Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement reverrait l'inflation 2016 en baisse à +0,1%

Reuters06/04/2016 à 21:54

L'INFLATION 2016 AURAIT ÉTÉ REVUE EN BAISSE À +0,1%

PARIS (Reuters) - Le gouvernement va revoir en baisse à 0,1%, contre 1,0% auparavant, sa prévision d'inflation pour 2016 en France, ce qui le contraindra à procéder à des économies de près de 4,0 milliards d'euros pour respecter ses objectifs de réduction du déficit public, rapportent mercredi Les Echos.

Le nouveau scénario d'inflation figurera dans le programme de stabilité annuel présenté mercredi prochain en conseil des ministres, qui repose aussi sur une hypothèse de croissance maintenue à 1,5%, indique le journal.

Le ministre des Finances, Michel Sapin, a réaffirmé à plusieurs reprises la volonté du gouvernement de respecter son plan de marche sur le déficit public, en le ramenant à 3,3% du PIB en 2016 puis sous 3% (à 2,7%) en 2017, dans les clous du pacte de stabilité et de croissance, après avoir obtenu à deux reprises des délais de ses pairs européens.

Il sera aidé pour cela, au moins cette année, par la performance meilleure qu'attendue enregistrée en 2015, avec un déficit abaissé à 3,5% du PIB contre 3,8% prévu initialement.

Le gouvernement mise également toujours sur une croissance de 1,5% de la richesse nationale en 2016 bien que les organisations internationales (FMI, OCDE) et la Commission européenne aient revu en baisse ces derniers mois leurs anticipations pour la France (de 1,2% à 1,3%).

Outre la croissance de l'activité, il s'appuie, pour réduire le poids de ses déficits, sur un programme de 50 milliards d'euros d'économies sur trois ans, dont 16,0 milliards cette année et 15,4 milliards en 2017.

NOUVELLE CORRECTION DU BUDGET

Ces économies étant calculées par rapport à une tendance de croissance, la faiblesse de l'inflation, à laquelle il a déjà dû s'adapter en 2015, lui complique la tâche.

Pour sa nouvelle prévision, il s'est calé comme il l'avait dit sur les dernières projections de la Banque centrale européenne, à savoir une hausse des prix limitée à 0,1% cette année contre 1,0% prévu dans le budget voté l'automne dernier.

Le ministère des Finances la voit repartir ensuite à 1,0% l'an prochain, indiquent Les Echos.

Les rentrées de TVA, la première des recettes fiscales, étant impactées par une inflation faible, Bercy avait dû corriger son budget 2015 en cours d'année en annulant une série de crédits programmés pour tenir sa trajectoire.

Pour 2016, les économies supplémentaires à trouver se chiffreraient à 3,8 milliards et pour 2017 à 5,0 milliards, selon Les Echos.

S'y ajouteront les compensations, promises à la Commission européenne, des nouvelles dépenses engagées depuis le début de l'année (plan emploi, aide aux agriculteurs, hausse du point d'indice des salaires des fonctionnaires) pour un montant déjà supérieur à 3,0 milliards d'euros rien que pour 2016.

A l'inverse, la faiblesse persistante des taux d'intérêt aura un effet positif sur la charge de la dette, de même que celle de l'évolution des prix pour la partie de cette dette indexée sur l'inflation.

La France a bénéficié l'an passé d'une baisse de 2,3 milliards d'euros de cette charge d'intérêts, bien que sa dette ait augmenté de 56,6 milliards (à 2.096,9 milliards d'euros).

(Yann Le Guernigou, édité par Bertrand Boucey)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.