Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement face au feu croisé des marchés et du PS

Reuters16/11/2011 à 15:31

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Le gouvernement défend son action pour conforter la note "triple A" de la France face aux doutes des marchés financiers et aux critiques de l'opposition sur sa gestion.

La pression sur la France s'est poursuivie mercredi, l'écart de rendement entre les dettes française et allemande et les assurances contre le risque de défaut, les Credit default swaps (CDS), se maintenant à des niveaux record.

Le spread franco-allemand dépassait 190 points de base en début d'après-midi, des hauteurs inconnues depuis le début des années 1990 et les CDS dépassaient 220 points, en nette hausse depuis début novembre.

A environ 3,7%, le rendement des emprunts français à 10 ans restait inférieur à son niveau d'avril, mais il a bondi de près de 50% depuis son plus bas de 2011 en septembre.

"Le différentiel de taux d'intérêt entre l'Allemagne et la France n'est pas justifié", a déclaré mercredi la porte-parole du gouvernement, Valérie Pécresse.

"Nous pensons que la réactivité de la France, le plan du 7 novembre, les engagements intangibles de réduction des déficits et de la dette que nous avons pris, sont de nature à crédibiliser notre stratégie économique", a-t-elle ajouté lors du compte rendu du conseil des ministres.

Le ministre des Finances, François Baroin, assure quant à lui que la France tiendra ses objectifs de réduction du déficit même si la croissance est l'an prochain deux fois moins importante qu'espéré.

"Même à 0,5% de croissance, nous pourrions faire face", explique-t-il dans un entretien publié mercredi par Les Echos.

La France, qui prévoit une hausse du PIB de 1,0% l'an prochain, s'est engagée à réduire son déficit public de 5,7% du PIB fin 2011 à 4,5% fin 2012.

"TOUT POUR CONSERVER" LE AAA

Dévier de cette trajectoire, dans un contexte de net ralentissement économique, pourrait coûter au pays son "triple A", qui contribue à maintenir ses coûts d'emprunt à des niveaux avantageux.

"Nous avons ce 'triple A', nous mettons tout en ouvre", a dit François Baroin sur LCI. "Nous faisons tout pour conserver cette notation."

Les trois principales agences de notation donnent à la France la note maximale - "triple A" avec perspective stable - mais l'une d'entre elles, Moody's, a annoncé qu'elle évaluait la solidité de cette perspective.

Le gouvernement tente de démontrer que l'effort supplémentaire de 65 milliards d'euros d'ici à 2016 annoncé la semaine dernière sera suffisant pour redresser les finances publiques et réduire le déficit à 3% fin 2013, ce qui permettrait de stabiliser puis de baisser le ratio de dette publique par rapport au PIB.

Il assure qu'il ne prépare pas de nouveau plan de rigueur et souligne que six milliards d'euros de crédits seront mis en réserve l'an prochain, par précaution.

A près de cinq mois de l'élection présidentielle, majorité et opposition se renvoient la responsabilité des difficultés que connaît la France.

La gauche accuse la droite d'avoir creusé les déficits par des cadeaux fiscaux irresponsables, tandis que le gouvernement accuse les socialistes de porter préjudice à la France en soulignant la fragilité du "triple A".

"François Hollande, dans son rôle de candidat, ne sert pas les intérêts du pays en faisant entendre une petite musique qui nourrit tout simplement ce qu'il y a aujourd'hui dans la tête des spéculateurs", a dit François Baroin.

François Fillon a accusé mardi à l'Assemblée nationale le Parti socialiste d'avoir "choisi une stratégie de dénigrement qui pèse sur la France tout entière".

"Les porte-parole du Parti socialiste sont devenus les auxiliaires des agences de notation", a dit le Premier ministre.

François Hollande, candidat du PS à l'élection présidentielle du printemps prochain, avait déclaré vendredi: "C'est comme si nous étions déjà dégradés".

"Je ne souhaite pas que la note de la France soit dégradée. Je constate simplement que les marchés ont déjà anticipé", avait-il ajouté.

Avec Yann Le Guernigou, édité par Gilles Trequesser


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.