Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement en force à l'université d'été du Medef

Reuters29/08/2012 à 10:55

JEAN-MARC AYRAULT VA OUVRIR LES TRAVAUX DE L'UNIVERSITÉ D'ÉTÉ DU MEDEF

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault ouvrira ce mercredi les travaux de l'université d'été du Medef au moment où les patrons s'inquiètent des projets fiscaux du gouvernement et le pressent de ne rien faire qui renchérisse le coût du travail.

Outre la présence du chef du gouvernement, une première, pas moins de dix ministres sont annoncés pour cette traditionnelle manifestation de rentrée sur le campus d'HEC à Jouy-en-Josas (Yvelines), qui intervient sur fond de crise et de forte hausse du chômage.

Après un début de quinquennat marqué par une grande conférence sociale qui a inspiré des sentiments mitigés chez les patrons, "le fait que nous venions cette année en force devant le Medef est indéniablement un signe", a déclaré le ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici, cité dans Le Monde.

"Nous serons là pour dire que le gouvernement est pleinement décidé à affronter le défi économique de la compétitivité, car ce n'est qu'en renforçant nos capacités de croissance que nous gagnerons la bataille de l'emploi", a-t-il ajouté.

Dans une interview également publiée dans Le Monde, la présidente du Medef, Laurence Parisot, lui répond en indiquant que les chefs d'entreprise s'interrogent sur la stratégie économique du gouvernement face à la crise.

"Nous sommes dans l'expectative", dit-elle en pressant le gouvernement de tenir ses objectifs de réduction des déficits sans que celle-ci "aggrave les risques de récession", en d'autres termes sans augmenter les prélèvements sur les entreprises dont le niveau de marge est "à un plus bas historique".

En prélude à l'université du Medef, François Hollande avait reçu en fin de semaine passée à l'Elysée une délégation de grands patrons qui lui ont déjà exprimé leurs craintes à propos du projet de budget 2013, pour lequel l'Etat doit trouver 30 milliards d'euros de recettes ou baisses de dépenses.

INSÉCURITÉ JURIDIQUE

Dans Le Monde, Laurence Parisot critique avec véhémence les propositions qui sont sur la table.

Elle juge ainsi "néfaste" la volonté affichée d'aligner la fiscalité du capital sur celle du travail, qui limiterait selon elle l'accès des entreprises aux capitaux.

Elle dénonce comme "désastreux" le projet de réduction, voire même de suppression, de la déductibilité des intérêts d'emprunts des entreprises pour financer leurs acquisitions et va jusqu'à parler d'un "hara kiri de l'économie française" si les biens professionnels devaient être intégrés à l'impôt de solidarité sur la fortune.

La présidente du Medef invoque encore les "sérieux risques" que présente le projet de taxation à 75% des revenus supérieurs à un million d'euros annuels, qui "ne doit pas amener les investisseurs à se demander si la France va rester ou non une grande puissance économique".

Autre sujet de friction avec le gouvernement mentionné par Laurence Parisot, "l'insécurité juridique extrême" dont sont victimes les entreprises, les lois et réglementations les concernant relevant d'une "jungle inextricable".

Confronté à des pressions du gouvernement dans l'affaire de la fermeture du site marseillais de Fralib, le directeur général du géant des produits de grande consommation Unilever a mis en garde la semaine passée le gouvernement sur les risques pour les investissements en France si les lois n'y sont pas respectées.

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, qui avait également vivement critiqué en juillet la famille Peugeot, son principal actionnaire, après l'annonce du plan de restructuration de PSA Peugeot Citroën, aura l'occasion de s'expliquer sur ces questions.

Il participera vendredi matin à Jouy-en-Josas à un débat sur le thème "l'entrepreneur face aux dérives de l'exception française".

Yann Le Guernigou, édité par Patrick Vignal

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.