Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le Drian croit à l'Europe de la Défense malgré EADS-BAE

Reuters18/10/2012 à 23:41

JEAN-YVES LE DRIAN CROIT À L'EUROPE DE LA DÉFENSE MALGRÉ L'ÉCHEC DE LA FUSION EADS-BAE

LORIENT, Morbihan (Reuters) - Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a déclaré jeudi qu'il regrettait l'échec des discussions entre EADS et le britannique BAE Systems en vue d'une fusion, estimant toutefois que cet échec ne contrariait pas les efforts de la France pour bâtir une Europe de la Défense.

Jean-Yves Le Drian s'exprimait en marge de la cérémonie de la mise à flot de la frégate multimissions (Fremm) Normandie sur le site du constructeur naval militaire DCNS à Lorient (Morbihan).

"Ce projet (EADS-BAE) n'a pas été jusqu'au bout parce que les deux entreprises ont estimé qu'elles n'avaient pas toutes les conditions politiques pour le remplir. Je le regrette aussi", a-t-il dit à des journalistes.

"C'était une opportunité considérable mais ça ne contrarie pas les efforts que nous voulons mettre en oeuvre pour identifier une Europe de la défense. Les éléments de la relance ne sont pas trop contrariés par cet échec."

Jean-Yves Le Drian a précisé que ses "interrogations" sur l'opération, qui portaient notamment sur les capacités de la France en termes de missiles et sur le sort des entreprises hors du nouvel ensemble, avaient été levées lors de discussions "malheureusement trop courtes".

"Un mois de discussions pour faire un ensemble aussi majeur, c'était quand même très court. C'est une des raisons de l'échec", a estimé le ministre de la Défense.

Jean-Yves Le Drian n'a en revanche pas souhaite s'étendre sur la consolidation à venir du secteur français et européen de la Défense.

Le gouvernement précédent avait esquissé un début de recomposition autour de l'équipementier Thales, qui détient 35% de DCNS.

Un projet d'entrée de Thales au capital de Nexter, le fabricant du char Leclerc, a été gelé avant l'élection présidentielle.

Dassault Aviation détient de son côté 26% de Thales.

Jean-Yves Le Drian a également dit espérer une décision "avant la fin de l'année" concernant le drone de surveillance Male (Moyenne altitude longue endurance), destiné à succéder au Harfang d'EADS qui arrive en fin de vie.

Il a dit discuter de ce sujet avec le Royaume-Uni et l'Allemagne, alors que le gouvernement précédent privilégiait une solution purement franco-britannique autour d'un tandem Dassault Aviation-BAE Systems.

Le drone Male figure au projet de budget français de la Défense en 2013, maintenu a 31,4 milliards d'euros, comme en 2012.

A l'issue de la mise à flot de la frégate Normandie, Jean-Yves Le Drian a confirmé la commande par la France de 11 frégates Fremm, assurant à DCNS une charge de travail jusqu'en 2022.

La France prendra livraison d'ici la fin de l'année de la frégate Aquitaine, la première unité de nouvelle génération. La frégate Normandie, sera livrée à la France en 2014.

Cyril Altmeyer, édité par Benjamin Mallet

Mes listes

valeur

dernier

var.

994.68 +0.21%
1.175 +0.13%
112.39 -0.12%
22697.88 0.00%
25.5 +2.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.