Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le dollar se reprend après la salve de Trump et de Navarro

Reuters01/02/2017 à 11:19

LE DOLLAR SE REPREND APRÈS LA SALVE DE TRUMP ET DE NAVARRO

NEW YORK/LONDRES/TOKYO (Reuters) - Le dollar se reprend sur des achats à bon compte mercredi après sa chute à un plus bas de sept semaines provoquée par le tir de barrage du président américain Donald Trump et de son principal conseiller au commerce international, accusant Chine, Allemagne et Japon, les trois principaux partenaires commerciaux des Etats-Unis, de dévaluer leur monnaie pour le plus grand préjudice des entreprises et des consommateurs américains.

L'indice du dollar contre un panier des principales autres grandes devises progresse de 0,17% à 99,681 en matinée après avoir perdu jusqu'à près de 1% et être tombé à un plus bas depuis le 8 décembre. Le billet vert avait déjà reculé de 2,6% sur le mois de janvier.

Les propos de Donald Trump et de Peter Navarro tranchent avec la politique du "dollar fort" défendue depuis deux décennies par ses prédécesseurs.

Ils suggèrent aussi que la nouvelle Administration américaine se considère comme moins tenue par l'engagement pris après la crise financière de 2008 par les dirigeants du G20, instance qui regroupe les vingt principales économies mondiales, d'éviter de mettre en oeuvre des politiques de change leur donnant un avantage compétitif.

BERLIN ET TOKYO SE DEFENDENT

Le dollar a d'abord accusé le coup des propos tenus par Peter Navarro dans un entretien au Financial Times où il déclare que "l'euro est un deutsche mark virtuel" dont la faible valorisation donne un avantage compétitif à l'Allemagne par rapport aux Etats-Unis et à ses partenaires de l'Union européenne (UE).

"L'Allemagne est un pays qui a toujours appelé la Banque centrale européenne (BCE) à mener une politique indépendante, tout comme la Bundesbank le faisait avant que l'euro n'existe", a répliqué mardi la chancelière allemande Angela Merkel lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre suédois Stefan Lofven.

Donald Trump a ensuite ciblé la Japon et la Chine et la valorisation de leur monnaie à l'issue d'une réunion avec des dirigeants d'entreprises pharmaceutiques à la Maison blanche a priori consacrée aux prix des médicaments.

Déplorant les délocalisations opérées par de nombreux laboratoires, Trump s'en est pris au cadre réglementaire américain et a dénoncé d'autres pays qui "profitent de nous avec leur monnaie, leur masse monétaire et la dévaluation."

"Tous les autres pays vivent sur la dévaluation", a-t-il poursuivi. "Regardez ce que fait la Chine, regardez ce que le Japon a fait au fil des années. Ils jouent avec le marché des change, ils jouent avec la dévaluation et nous restons là assis comme une bande de crétins."

Plusieurs responsables japonais ont réagi à cette attaque en déclarant que Tokyo s'en tenait à l'accord du G20 recommandant de s'abstenir de toute dévaluation compétitive.

"Le Japon oriente sa politique conformément aux accords des pays du G7 et du G20. Il n'y aura pas de changement par rapport à cette position", a déclaré Yoshihide Suga, le secrétaire général du gouvernement et son porte-parole sur les questions économiques.

Le Japon tentera de "communiquer étroitement" avec la nouvelle Administration américaine sur les questions économiques, commerciales et de change, a-t-il ajouté.

Masatsugu Asakawa, ministre délégué des Finances chargé des affaires internationales, a aussi dit que les taux de change étaient déterminés par les marchés et n'étaient pas manipulés.

"Comme le gouverneur de la Banque du Japon (Haruhiko) Kuroda l'a dit à de nombreuses reprises, la politique monétaire du Japon vise un objectif national qui est de mettre un terme à la déflation. Elle n'a pas comme objectif les taux de change", a-t-il déclaré à des journalistes.

(Sinead Carew à New York, Jamie McGeever à Londres, Takashi Umekawa et Leika Kihara à Tokyo, Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Mes listes

valeur

dernier

var.

44.65 -0.58%
EDF
12.34 +0.86%
58.9 +0.48%
61.62 -0.84%
0.358 -2.59%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.