1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le directeur d'une école coranique de Toulouse relaxé en appel
Reuters20/12/2018 à 18:21

    TOULOUSE, 20 décembre (Reuters) - Le directeur de l'école
musulmane Al Badr de Toulouse, dont la fermeture avait été
ordonnée par la justice en 2016, a été relaxé jeudi par la cour
d'appel de Toulouse de sa condamnation pour enseignement non
conforme, a déclaré son avocat. 
    "Il s'agit d'une décision de relaxe logique juridiquement
(...) mais courageuse pour les magistrats car prise dans un
climat politique très défavorable à cette école", a déclaré à
Reuters l'avocat de Abdelfattah Rahhaoui, Me Samim Bolaky.
    "Le ministère de l'Education avait indiqué qu'elle devrait
fermer, mais avec cette décision la justice proclame son
ouverture et sa pérennité", a-t-il ajouté.
    En mars 2017, le directeur de l'école Al-Badr avait déposé
une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) visant
l'article du code pénal sur lequel le tribunal correctionnel de
Toulouse s'était appuyé pour rendre sa décision.
    L'article en question réprime "le fait par un directeur
d'établissement privé accueillant des classes hors contrat, de
n'avoir pas pris, malgré la mise en demeure de l'autorité de
l'Etat compétente en matière d'éducation, les dispositions
nécessaires pour que l'enseignement soit conforme (...) et de
n'avoir pas procédé à la fermeture de ces classes".
    La QPC interrogeait "la légalité des délits et des peines"
appliquées à l'encontre du directeur en raison de leur
"imprécision".
    L'article en question a été déclaré conforme à la
Constitution par les Sages, qui ont estimé que l'Education
nationale devait indiquer à l'école comment se mettre en
conformité, en matière notamment de contenu pédagogique, ce
qu'elle n'a pas fait, a indiqué l'avocat.
    L'école Al-Badr, restée ouverte, est aujourd'hui gérée par
une autre association dont Abdelfattah Rahhoui est membre.

 (Johanna Decorse, édité par Yves Clarisse)
 

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • pepitobo
    20 décembre18:32

    tout leur est permis....la preuve ici!!!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

AXA
23.735 +0.38%
46.625 -1.11%
5563.86 -0.22%
1.11261 -0.27%
49.995 -0.09%

Les Risques en Bourse

Fermer