Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le département d'Etat US dit ses doutes sur l'isolement du Qatar

Reuters21/06/2017 à 06:08
 (Actualisé avec la réaction de l'ambassadeur du Qatar aux 
Etats-Unis) 
    WASHINGTON, 21 juin (Reuters) - Le département d'Etat 
américain s'est dit mardi "abasourdi" par le fait que les pays 
arabes qui ont rompu leurs relations avec le Qatar n'aient 
fourni aucune preuve à l'appui des accusations de soutien au 
terrorisme lancées contre l'émirat pour justifier son isolement. 
    "Plus le temps passe, plus les doutes se renforcent" sur le 
véritable mobile de l'initiative prise par l'Arabie saoudite et 
les Emirats arabes unis, avec le soutien notamment du Bahreïn et 
de l'Egypte, a déclaré la porte-parole du département d'Etat, 
Heather Nauert. 
    "A ce stade, nous en sommes réduits à nous poser une 
question simple: ces mesures ont été réellement prises en raison 
d'inquiétudes concernant le soutien présumé du Qatar au 
terrorisme ou bien sont-elles le résultat de contentieux de 
longue date avec et entre pays du CCG", a-t-elle demandé. 
    Selon les experts de la région, l'initiative de l'Arabie 
saoudite et de ses alliés du Conseil de coopération du Golfe 
(CCG) s'explique surtout par l'attitude jugée trop conciliante 
du Qatar envers l'Iran et par la libre parole accordée par sa 
chaîne de télévision vedette, Al Djazira, aux détracteurs des 
régimes de ses voisins. 
    Les propos du département d'Etat tranchent avec ceux du 
président américain Donald Trump, qui a accusé le Qatar d'être 
un soutien "de haut niveau" du terrorisme. 
    L'Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et le Qatar sont 
des alliés clefs des Etats-Unis. Le fait que Washington 
s'interroge publiquement sur les motivations de deux premiers 
pays illustre le souhait du gouvernement américain d'une 
résolution du différend. 
    "Nous venons de dire aux parties concernées. Mettons un 
terme à tout cela. Allons de l'avant", a déclaré Heather Nauert. 
    L'ambassadeur du Qatar aux Etats-Unis, Meshal Hamad 
al-Thani, a salué les déclarations du département d'Etat, 
ajoutant dans un tweet : "Nous sommes confiants dans la capacité 
des Etats-Unis à résoudre cette crise". 
    L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis n'avaient pas 
commenté à ce stade les propos de Washington au sujet de la 
crise qatarie. 
 
 (Yara Bayoumy; Tangi Salaün et Benoît Van Overstraeten pour le 
service français) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.