Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le déficit commercial des Etats-Unis s'est creusé en décembre

Reuters10/02/2012 à 19:06

LE DÉFICIT COMMERCIAL AMÉRICAIN S'EST CREUSÉ EN DÉCEMBRE À 48,8 MILLIARDS DE DOLLARS

par Doug Palmer

WASHINGTON (Reuters) - Le déficit commercial américain s'est creusé légèrement plus qu'attendu en décembre, l'accélération de la croissance ayant porté les importations à leur plus haut niveau depuis trois ans et demi.

Les chiffres publiés vendredi par le département du Commerce montrent aussi que le déficit commercial avec la Chine a inscrit un nouveau record sur l'ensemble de 2011 à 295,5 milliards de dollars (224 milliards d'euros), un chiffre qui pourrait alimenter les discussions souvent tendues entre Washington et Pékin à quelques jours d'une rencontre de haut niveau entre les deux pays.

Le déficit mensuel des échanges s'est établi à 48,8 milliards de dollars en décembre, les importations ayant atteint leur plus haut niveau depuis juillet 2008, juste avant que la crise financière fasse chuter le commerce mondial.

Les analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre mensuel de 48,0 milliards. Le déficit de novembre a été révisé à 47,1 milliards de dollars contre 47,75 milliards annoncé initialement.

Les exportations américaines ont légèrement augmenté en décembre (+0,7%), mais près de deux fois moins que les importations (+1,3%).

Pour Omer Esiner, stratège de Commonwealth Foreign Exchange à Washington, la faible croissance des exportations en décembre pourrait être imputable à "une demande mondiale assez molle", une évolution peu encourageante.

"L'amélioration continue de la croissance économique ici (aux Etats-Unis) va se traduire par une augmentation des importations. Mais une baisse de régime des exportations serait préoccupante: elles ont joué un grand rôle dans l'amélioration observée l'an dernier", ajoute-t-il.

Le dollar était en hausse face à l'euro vendredi, les investisseurs attachant davantage d'importance à l'évolution de la crise de la dette dans la zone euro qu'aux indicateurs américains.

LA CHINE, PARTENAIRE SENSIBLE

Sur l'ensemble de 2011, le déficit commercial des Etats-Unis a augmenté de 11,6% à 558,0 milliards de dollars, un niveau sans précédent depuis 2008.

Les exportations ont progressé de 14,5%, dépassant pour la première fois le seuil de 2.100 milliards de dollars, une croissance qui laisse l'économie américaine en passe d'atteindre l'objectif fixé par le président Barack Obama, à savoir un doublement des exportations en cinq ans.

Parallèlement, les importations américaines enregistraient une hausse de 13,8%, à près de 2.700 milliards. Les achats d'automobiles étrangères ont notamment atteint leur plus haut niveau depuis 2007 et les importations de pétrole un plus haut depuis 2008.

Le prix moyen du pétrole importé a inscrit un record historique en 2011 à 99,78 dollars le baril.

Le déficit sans précédent enregistré avec la Chine devrait alimenter l'inquiétude manifestée par le Congrès face à la politique de la République populaire, régulièrement accusée d'entretenir la sous-évaluation de la monnaie pour favoriser ses exportateurs.

D'autant que Barack Obama doit rencontrer la semaine prochaine le vice-président chinois Xi Jinping, considéré comme le futur numéro un du régime.

Les exportations américaines vers la Chine ont bondi de 13,1% l'an dernier à 103,9 milliards de dollars mais les importations ont atteint 399,3 milliards (+9,4%).

La Chine a publié de son côté vendredi des chiffres montrant une réduction de son déficit courant en 2011, qui lui offrent un argument supplémentaire pour soutenir qu'elle s'emploie à réduire sa dépendance à la demande extérieure.

Toutefois, une forte baisse des importations en janvier conjuguée à une baisse ralentie des exportations s'est traduite par le plus important excédent commercial depuis six mois.

Les déficits commerciaux des Etats-Unis avec l'Union européenne et le Canada ont eux aussi augmenté en 2011, à 99,2 milliards et 35,6 milliards de dollars respectivement.

Marc Angrand pour le service français, édité par Nicolas Delame


Mes listes

valeur

dernier

var.

3M
217.72 -0.53%
2.716 +0.11%
63.21 +0.99%
4.414 -1.91%
5412.83 +0.39%
2.4 -1.23%
24.76 -1.04%
40.35 -0.91%
75.36 +1.59%
11.855 -0.17%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.