1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le déclassement des territoires, racine du malaise des "gilets jaunes"
AFP14/01/2020 à 16:42

Un drapeau français émerge d'une manifestation de "gilets jaunes", le 1er décembre 2018 à Paris ( AFP / Geoffroy VAN DER HASSELT )

Moins de services publics et de commerces de proximité, emploi en berne et vie associative qui s'endort: plus que la dégradation du niveau de vie, une étude avance que c'est le sentiment d'un déclassement local qui est à la source du mouvement des "gilets jaunes".

Plus d'un an après le déclenchement du mouvement sur les ronds points et à quelques mois des municipales, le Conseil d'analyse économique (CAE), centre de réflexion rattaché à Matignon, s'est penché sur les causes profondes de ce mécontentement qui a secoué toute la France.

S'il a émergé avec la hausse de la fiscalité sur les carburants, si on a beaucoup entendu les revendications des manifestants sur leur pouvoir d'achat, les racines de ce mouvement sont aussi à chercher dans l'évolution de l'environnement global de vie des Français dans certaines communes, selon cette étude, baptisée "Territoires, bien-être et politiques publiques".

"Le mouvement n'est pas un mouvement de pauvres, mais un mouvement de gens qui subissent le déclassement de l'endroit où ils vivent", explique Claudia Senik, économiste et un des auteurs de l'étude.

Pour arriver à cette conclusion, les auteurs ont recensé l'ensemble des communes ayant connu un événement lié aux "gilets jaunes" en novembre et décembre 2018, en les croisant avec cinq facteurs: le déclin de l'emploi, la fermeture des équipements publics et privés, le poids de la fiscalité locale, la baisse du nombre d'associations et des transactions immobilières.

Si on retrouve systématiquement un déclin de l'emploi dans les communes où a eu lieu un évènement "gilets jaunes", cette étude montre que la fermeture de services publics (écoles, gares, maternités...) et privés (commerces, cinémas...) a eu un impact beaucoup plus important sur le mal-être des populations et l'émergence de protestations.

"Il y a une probabilité plus forte d'événements +gilets jaunes+ quand la distance d'accès aux équipements a augmenté" entre 2012 et 2017, du fait de la fermeture de commerces, d'écoles, d'un cabinet médical, etc., explique Claudia Senik.

Ainsi, quand 8% des communes françaises ont été touchées par un événement "gilets jaunes", le taux monte à 30% pour les communes qui ont subi la fermeture de leur supérette.

"L'effet est particulièrement fort car la supérette ou l'épicerie est souvent le dernier commerce à fermer. On capture ici l'aboutissement du déclin des commerces dans une commune", décrypte Yann Algan, co-auteur de l'étude. 

"Plus généralement, c'est la perte des lieux de socialisation qui semble participer au mal-être des territoires mobilisés dans le mouvement des +gilets jaunes+", selon cette étude.

- besoin de lien social -

Forts de ce constat, les auteurs estiment qu'il faut repenser les politiques territoriales pour y intégrer des objectifs en terme de bien-être des habitants, alors qu'elles se sont jusqu'ici surtout focalisées sur les gains strictement économiques, avec une tendance à la concentration des activités et des équipements dans les métropoles.

"Nous sommes à un moment où financer seulement les transports et les moyens de mobilité vers les agglomérations arrive à ses limites", selon Yann Algan.

Il faut "rééquilibrer cet arbitrage entre efficacité et équité" même si "ce n'est pas simple pour les politiques publiques", abonde Philippe Martin, président délégué du CAE.

L'étude critique notamment l'inefficacité de certaines aides aux territoires, comme les exonérations fiscales attribuées aux entreprises dans les zones de revitalisation rurale (ZRR), qui n'ont pas vraiment permis d'y stimuler l'emploi. Elle préconise donc leur suppression. 

Les moyens dégagés (environ 300 millions d'euros par an) pourraient être réutilisés pour financer des projets à l'initiative des communes et en fonction de leurs besoins, comme l'embauche à temps partiel d'une infirmière ou la subvention à un établissement culturel.

Par ailleurs, le futur réseau France Services, annoncé par le président de la République au printemps pour faciliter les démarches administratives des Français, devrait aussi être élargi à tous les services de proximité, y compris privés, estime l'étude, afin de privilégier le lien social contre la stratégie du "tout numérique".

mhc/arz/soe/map

Valeurs associées

CAE
TSX -20.02%
TSX -0.14%

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • laurus
    14 janvier18:28

    Les Métropoles ont grossi au dépend des villes environnantes dont elles ont aspiré ce qui y réussissait. C'est la méthode appliquée par Frêche durant 33 ans à Montpellier. Perpignan et Nîmes ont été vidées de tout ce qui pouvait faire de l'ombre à la "capitale régionale" (culture, sport, études sup). Il leur a laissé les miettes. Qui voudrait voir ses enfants demeurer là où ils ont moins de chance de s'épanouir et d'évoluer ? Le déclin ne doit rien au hazard, la colère des "vrais" GJ non plus.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer