Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le déblocage de l'épargne salariale fait flop

Le Revenu18/10/2013 à 09:36

(lerevenu.com) - Le déblocage des plans d'épargne entreprise autorisé jusqu'en fin d'année n'a pas encore rencontré le succès escompté par le gouvernement.

Seulement 11% des bénéficiaires de l'épargne salariale ont profité, ou ont l'intention de profiter, de la mesure de déblocage des plans d'épargne entreprise, relève le baromètre 2013 du Club de l'Epargne Salariale / Harris Interactive. L'étude, réalisée en ligne auprès de 601 salariés entre le 16 et le 23 septembre a confirmé le peu d'enthousiasme des épargnants salariés à puiser dans les plans proposés par leur entreprise.

Rappelons que la mesure, entrée en vigueur le 1er juillet, est valable jusqu'en fin d'année. Elle permet aux salariés titulaires d'un plan d'épargne entreprise d'y débloquer par anticipation les sommes inscrites en compte au titre de leur participation, leur intéressement et les abondements liés (en revanche pas les versements volontaires et les abondements liés). Et ce, dans la limite de 20 000 euros par bénéficiaire.

« Nous avons constaté un afflux de demandes début juillet et puis le soufflet est retombé très vite » constate Didier Trupin, directeur général de Natixis Interépargne, le premier gestionnaire français d'épargne salariale avec près d'un quart du marché français. Natixis Interépargne a remboursé au total 270 millions d'euros à 70 000 personnes, soit 4 000 euros en moyenne. « Ces demandes ont été effectuées par les salariés des secteurs qui souffrent le plus de la crise" explique Didier Trupin. Dans la distribution ou l'industrie, les salariés ont déjà retiré pas mal de fonds depuis le début de la crise, pour compenser les temps partiels et le chômage.

Les titulaires de plans le savent bien. L'obligation de conserver les sommes placées sur un Plan d'épargne entreprise (PEE) durant cinq ans après leur versement offre déjà de nombreux cas de sortie anticipée : départ de l'entreprise, achat ou agrandissement du logement, mariage ou PACS, divorce ou séparation, naissance du troisième enfant...

Les demandes seront-elles plus nombreuses quand viendra l'heure des cadeaux de Noel ? Puisera-t-on dans l'épargne pour financer les cadeaux ? Ces présents permettront entre autres d'apporter les justificatifs réclamés. Car l'obligation faite de conserver les factures des achats en cas de contrôle fiscal a peut-être fait peur à certains. Mais cela ne semble pas être le motif principal de l'inertie des salariés.

« L'épargne salariale n'a pas décollecté en 2012 malgré la crise et la diminution des enveloppes consacrées à l'intéressement et la participation » constate Henri Alline, président du Club de l'épargne salariale. En période de crise, les salariés, comme l'ensemble des épargnants, sont attachés à leur épargne » ajoute l'expert. Il veut aussi y voir la reconnaissance par les salariés des atouts de ces plans dont les frais sont pris en charge par les entreprises. Car l'épargne salariale figure désormais en troisième place, derrière l'immobilier et l'assurance-vie, des moyens préférés des salariés pour préparer leur retraite, loin devant les livrets.

Les gérants de cette épargne se réjouissent que leur cagnotte ne file pas vers l'assurance vie et surtout vers les livrets bancaires comme l'Insee le constatait lors d'une précédente mesure (en 2004). Il faut dire aussi que la rémunération des livrets a considérablement baissé !

En revanche, force est d'admettre que l'information autour de l'épargne salariale reste très insuffisante : 23% des salariés interrogés ne connaissaient pas la mesure de déblocage. Près de la moitié d'entre eux l'ont appris par les médias et non par leur entreprise. Seulement 56% des salariés admettent avoir en général une bonne connaissance de l'épargne salariale, mais des questionnaires réalisés par de grandes entreprises révèlent de graves lacunes parmi eux. Près d'un quart des bénéficiaires ne fait aucun versement, ni participation ni intéressement sur leur plan. Une tirelire très souvent abondée par les entreprises mérite pourtant qu'on s'y intéresse, d'autant plus que ces plans, s'inspirant des contrats d'assurance vie, offrent une souplesse de gestion de plus en plus grande pour passer d'un support à l'autre dans un cadre fiscal favorable.

Mes listes

valeur

dernier

var.

1.006 +6.12%
0.567 -0.35%
DAX
12695.16 +0.14%
11.049 -0.03%
1.316 -0.17%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.