Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le cuir, nouvel enjeu stratégique du secteur du luxe

Reuters28/03/2013 à 17:28

LES GROUPES DE LUXE S'ARRACHENT LE CUIR HAUT DE GAMME

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Après les composants horlogers, la course à la sécurisation des approvisionnements touche aujourd'hui le cuir haut de gamme, que s'arrachent les groupes de luxe.

L'explosion des ventes de sacs de luxe dans le monde provoque des tensions sur la demande de peaux de grande qualité.

En rachetant leurs fournisseurs, parfois en totalité, les marques s'assurent un approvisionnement prioritaire en belles peaux, recherchées pour leur rareté (les cuirs exotiques), la finesse de leur grain ou leur absence de défaut (cuirs de veau ou d'agneau).

PPR (Gucci, Bottega Veneta, Saint Laurent), déjà propriétaire d'une majorité du capital de l'italien Caravel, vient d'annoncer une prise de participation majoritaire dans la société France Croco, une des principales tanneries françaises spécialisées dans le traitement des peaux de crocodile.

En début d'année, Hermès, déjà autosuffisant en peaux exotiques avec quatre sites, en France, aux Etats-Unis et en Italie, a franchi une nouvelle étape en rachetant la tannerie ardéchoise d'Annonay, un de ses fournisseurs historiques en peaux de veau haut de gamme.

LVMH (Louis Vuitton, Fendi, Céline) a acquis au printemps 2012 les tanneries Roux, dans la Drôme, spécialisées dans le cuir de veau. Fin 2011, le groupe avait déjà pris une participation majoritaire dans la société singapourienne Heng Long International, une des plus importantes tanneries de peaux de crocodiles du monde, alors valorisée à 92 millions d'euros.

Les peaux, exotiques ou non, sont devenues aussi précieuses que des composants horlogers, remarque Marc Willaume, analyste chez Raymond James.

PÉNURIE

Le mouvement pourrait ne pas s'arrêter là.

"Nous irons jusqu'où il faudra aller pour assurer l'unicité de nos objets", a souligné Patrick Thomas, gérant d'Hermès, à l'occasion de la présentation des résultats annuels du sellier.

Le taux d'auto-approvisionnement d'Hermès en peaux de bovins, aujourd'hui inférieur à 10%, va sensiblement progresser grâce à sa dernière acquisition.

"Les groupes de luxe ont largement pris leurs marques sur les peaux exotiques. Le débat se déplace maintenant vers les cuirs plus classiques", commente Marc Willaume.

Car la pénurie pointe, notamment pour le cuir de veau. La maroquinerie de luxe utilise des peaux sans défaut, ni griffures, ni taches. En France en particulier, ce sont les cuirs les plus lisses qui sont recherchés, tandis qu'ailleurs, certains défauts peuvent être appréciés pour leur côté naturel.

Entre une demande sans cesse croissante et la baisse de la consommation de viande - qui détermine les quantités de peaux collectées -, les pressions s'accroissent donc sur l'offre et les prix montent.

Selon Patrick Thomas, la hausse atteint 4% à 6% par an sur les cuirs haut de gamme, hors effets de change touchant les peaux exotiques importées.

ACCROÎTRE LES QUALITÉS SUPÉRIEURES

Pourtant, aux dires du Centre national du cuir, il serait possible de porter de moins de 10% aujourd'hui à environ 30% la part des peaux de qualité supérieure dans la production totale de cuir de veau.

Il faudrait pour y parvenir rendre obligatoire la vaccination des bêtes contre la teigne, étendre les bonnes pratiques en matière d'élevage et prendre les précautions nécessaires lors du transport et de la dépouille des animaux.

Aujourd'hui, environ 76% des peaux brutes françaises sont exportées, principalement vers l'Italie, qui compte pour 70% des montants exportés.

La France, qui compte 20 tanneries (traitement des peaux de bovins) et 27 mégisseries (chèvres et peaux exotiques), revendique une place de leader dans le traitement du cuir de veau et dans celui des peaux précieuses (crocodile, alligator, lézard, serpent, autruche), les plus prisées par l'industrie du luxe.

Le chiffre d'affaires combiné de cette filière, qui emploie 1.500 personnes en France, a grimpé de 29% en 2011 pour atteindre 363 millions d'euros.

Edité par Dominique Rodriguez


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.