Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le cru 2015 des M&A en France s'annonce encore prometteur

Reuters01/01/2015 à 17:18

LE CRU DES M&A EN 2015 EN FRANCE ENCORE PROMETTEUR

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Les fusions et acquisitions (M&A) en France ont confirmé en 2014 avoir renoué avec leurs niveaux d'avant la crise financière et devraient connaître en 2015 un rythme tout aussi soutenu grâce à un environnement de taux d'intérêt historiquement bas et de liquidités disponibles pour financer des transactions.

Le marasme économique dans lequel l'Europe est plongée devrait en outre continuer d'inciter les entreprises européennes à se lancer dans des opérations de consolidation à domicile ou dans des acquisitions pour conquérir des parts de marché hors du Vieux-Continent.

Dans le même temps, à l'image du rachat par l'américain General Electric des activités d'énergie d'Alstom, les entreprises non européennes devraient elles aussi poursuivre leurs emplettes en Europe.

"Il y a tout lieu de penser que 2015 sera à l'image de 2014, c'est-à-dire une conjoncture morose en Europe et malgré tout, et c'est un paradoxe, un volume important de transactions de M&A", pronostique Matthieu Pigasse, directeur général de Lazard France.

"D'un point de vue macroéconomique, la baisse des prix du pétrole signifie potentiellement un peu plus de croissance en Europe, donc un horizon plus favorable pour les opérations de M&A", poursuit le banquier d'affaires.

Selon les données de Thomson Reuters, le volume des transactions de M&A en France a doublé par rapport à 2013 pour atteindre 245,72 milliards de dollars (environ 202 milliards d'euros), et se rapproche ainsi des volumes enregistrés en 2006 et 2007, c'est-à-dire avant que n'éclate la crise financière de 2008.

A titre de comparaison, les opérations de M&A en France avaient atteint 319 milliards de dollars en 2006 et 303 milliards en 2007. Et 206,7 milliards en 2008.

"BON ALIGNEMENT DES PLANÈTES"

"Entre les taux d'intérêt historiquement bas, l'abondance de liquidité et des marchés porteurs, nous avons eu un bon alignement des planètes", relève Catherine Soubie, responsable de la banque d'affaires de Barclays en France.

La France rattrape ainsi son retard sur le front du M&A. En 2014, les opérations impliquant une entreprise française ont représenté 19,75% des transactions de fusions-acquisitions en Europe, contre 13% en 2013 et seulement 8,4% en 2012.

"Les ingrédients sont toujours réunis pour la poursuite d'une reprise progressive des opérations de M&A. Je ne m'attends pas pour autant à un 'boom' des transactions", note Thierry Varène, responsable mondial du corporate finance chez BNP Paribas, selon qui "les secteurs des télécoms, de l'énergie, des infrastructures et de l'industrie vont continuer de tirer les opérations de M&A."

Si en 2014 le rapprochement de Lafarge avec le suisse Holcim est de loin l'opération la plus importante en valeur, le secteur des télécoms s'est révélé dans son ensemble le plus bouillonnant et devrait, selon les banquiers, l'être tout autant en 2015 après le rachat de SFR par Numericable ou l'offensive d'Orange sur l'espagnol Jazztel.

"Le secteur des télécoms a tellement bougé que cela provoque en chaîne d'autres mouvements de consolidation", fait remarquer Stéphane Bensoussan, co-responsable du M&A chez HSBC pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique.

"Cela force tous les acteurs à réagir sur des transactions structurantes. Il y a un certain sentiment d'urgence à bouger de leur part."

Et les regards se portent désormais sur Bouygues Telecom, candidat malheureux au rachat de SFR, et sur Iliad qui a fini par renoncer à T-Mobile USA après le rejet de son offre par Deutsche Telekom.

DE NOUVELLES ÉQUIPES DIRIGEANTES

Dans les secteurs de l'énergie et de la défense, les changements d'équipes dirigeantes intervenus fin 2014 comme chez Total, EDF, Safran et Thales, ou en cours comme chez Areva pourraient, selon les banquiers, aussi ouvrir la voie à de futures transactions de M&A.

Chez GDF Suez, la directrice financière Isabelle Kocher a été nommé directrice générale déléguée et fait figure de favorite pour succéder à Gérard Mestrallet, tandis que chez Orange, l'ancien directeur du Trésor Ramon Fernandez a pris la direction financière de l'opérateur télécoms.

"Il est rare de voir autant de CEO et de CFO changer en même temps. A court terme, ce n'est pas forcément une bonne nouvelle pour le M&A dans la mesure où cela signifie que les décisions stratégiques sont remises post diagnostic", souligne Hubert Preschez, responsable du corporate finance pour la France à la Société générale.

"Mais dès la seconde partie de 2015, de nouvelles feuilles de route stratégiques et de nouvelles trajectoires financières devraient voir le jour créant ainsi des opportunités de transactions", poursuit-il.

A la faveur de la chute des prix du pétrole, les secteurs pétrolier et parapétrolier pourraient aussi connaître quelqes grandes manoeuvres, et ce malgré l'échec du rachat de CGG par Technip.

"Ce que l'on remarque dans les grandes transactions récentes, qu'elles soient menées au bout ou non, c'est le respect de l'orthodoxie financière de la part des entreprises", note Ghislain de Brondeau, responsable des activités ECM en France chez Barclays.

"On observe une plus grande rapidité dans l'exécution des transactions de M&A, ce qui permet potentiellement de travailler sur davantage d'opérations", relève plus globalement Jean-Baptiste Marchand, managing director chez Leonardo & Co.

Toujours selon Thomson Reuters, au palmarès des principales banques d'affaires, Lazard se hisse à la première place à fin 2014 pour la France, devant BNP Paribas, deuxième, et Rothschild, à la troisième place.

(Edité par Gilles Guillaume)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.