Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le conseil d'Opel va débattre de la fermeture de deux sites

Reuters23/03/2012 à 14:27

LE CONSEIL D'OPEL VA DÉBATTRE DE LA FERMETURE DE DEUX SITES

par Christiaan Hetzner et Ben Klayman

FRANCFORT/DETROIT (Reuters) - Les dirigeants d'Opel présenteront mercredi prochain au conseil de surveillance de la filiale européenne de General Motors un projet prévoyant la fermeture de deux usines en Europe pour réduire d'environ 30% les capacités de production, a-t-on appris de plusieurs sources informées des discussions au sein de l'entreprise.

PSA Peugeot Citroën, le nouvel allié français de GM, réunit ce vendredi un comité de groupe européen trois semaines après l'annonce du rapprochement entre les deux groupes, alors que les syndicats s'interrogent sur les retombées industrielles et sociales du projet.

"GM répète régulièrement qu'avec une capacité excédentaire équivalente à 500.000 voitures par an, nous avons deux usines en trop, et le nouveau directeur de la fabrication a visité les sites les uns après les autres en jouant les uns contre les autres", a déclaré jeudi un représentant syndical du conseil de surveillance d'Opel, qui a requis l'anonymat.

"Nous connaissons les principaux points du plan stratégique qui pourrait être présenté mercredi : il prévoit des fermetures d'usines et aucune croissance pour l'entreprise", a-t-il ajouté. "S'il est soumis au vote, l'ensemble du camp syndical votera contre ce plan."

Un porte-parole de GM s'est refusé à tout commentaire sur d'éventuelles fermetures de sites, mais a rappelé les précédentes déclarations du groupe selon lesquelles la direction collabore étroitement avec les syndicats et le comité d'entreprise pour améliorer la rentabilité.

Une source au sein d'Opel a déclaré qu'aucune décision n'avait été prise sur d'éventuelles fermetures d'usines en Europe, mais a ajouté que la marge de négociation de la direction était extrêmement limitée en raison du marasme actuel sur le marché automobile européen.

"Les affaires en Europe vont très mal pour l'ensemble du secteur en ce moment et il n'y a aucun signe de retournement", a dit cette source.

"Quand ça va aussi mal, il faut prendre des mesures, donc la question n'est pas de savoir ce nous voulons ou ce que veulent les syndicats, c'est la conjoncture qui l'impose."

"Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre du temps."

PRESSION SUR PSA

Les représentants des salariés ne peuvent pas bloquer une décision de la direction, mais ils ont déjà averti que la présentation d'un tel projet mercredi réduirait à néant les négociations ouvertes jusqu'à présent.

Les usines de Bochum, en Allemagne, et d'Ellesmere Port, au Royaume-Uni, sont considérées comme les plus menacées même si le président du directoire d'Opel Karl-Friedrich Stracke a déclaré il y a quelques jours qu'il respecterait l'engagement pris de ne fermer aucun site avant la fin 2014.

Le directeur général de GM Dan Akerson a manifesté à plusieurs reprises son impatience face aux pertes chroniques subies par la branche européenne du groupe, qui ont atteint 747 millions de dollars (563 millions d'euros) l'an dernier.

Au début du mois, il a déclaré que deux ans pourraient être nécessaires pour ramener les finances d'Opel dans le vert.

Pour Dan Akerson, le secteur automobile européen compte au total entre sept et 10 usines en trop. La fermeture d'un ou deux sites par GM pourrait donc accroître la pression sur PSA pour qu'il s'engage sur la même voie.

Interrogé début mars lors du salon de Genève sur l'éventuelle fermeture à terme d'un ou plusieurs sites de PSA après l'alliance avec GM, Denis Martin, le directeur industriel du groupe français, n'avait répondu ni par l'affirmative, ni par la négative.

Les usines PSA d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et de Madrid sont considérées comme les plus exposées en cas de restructuration de l'appareil de production du groupe.

La question peut aussi être posée pour Sevelnord (Nord), où rien n'est actuellement prévu pour combler le vide qu'y laissera Fiat, le constructeur italien ayant décidé de ne pas prolonger son partenariat avec PSA sur le site au-delà de 2017.

Marc Angrand pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.