1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le chômage allemand au plus haut depuis avril 2011

Reuters28/11/2013 à 13:38

LE CHÔMAGE EN ALLEMAGNE

par Michelle Martin

BERLIN (Reuters) - Le chômage en Allemagne a atteint en novembre son plus haut niveau depuis deux ans et demi, montrent les statistiques officielles publiées jeudi, au lendemain de la présentation de l'accord de coalition conclu par la chancelière Angela Merkel, qui prévoit entre autres l'instauration d'un salaire minimum.

Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 10.000 en un mois, sa quatrième hausse consécutive, à 2,985 millions en données corrigées des variations saisonnières, a précisé l'Office fédéral du travail. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient une hausse de 1.000 seulement.

Plusieurs des plus grandes entreprises d'Allemagne ont annoncé ces dernières semaines des plans de réduction de leurs effectifs, à l'instar du groupe de construction et d'équipements industriels Bauer, qui entend réduire les siens de 3%, ou du géant de l'énergie RWE, qui veut supprimer plusieurs milliers de postes.

Les salariés d'EADS craignent de leur côté que la réorganisation des activités de défense et aérospatiale du groupe ne conduise à des milliers de suppressions d'emploi.

Malgré la remontée récente du nombre de demandeurs d'emploi, le taux de chômage allemand reste inchangé à 6,9%, proche de son plus bas niveau depuis la réunification du pays en 1990 et très loin de celui de 12,2% enregistré dans l'ensemble de la zone euro.

Plusieurs instituts d'études économiques estiment néanmoins que la création d'un salaire minimum national de 8,50 euros brut de l'heure prévue par l'accord de coalition conclu entre la CDU d'Angela Merkel et le Parti social-démocrate (SPD) pourrait se traduire par des suppressions d'emploi.

LA POPULATION ACTIVE AU PLUS HAUT

"Les chiffres d'aujourd'hui soulignent clairement que le marché du travail est arrivé à son niveau naturel de chômage", estime Carsten Brzeski, économiste senior d'ING.

"Pour que le miracle actuel se poursuive sur le marché du travail, ou pour qu'un autre commence, il faudrait que le salaire minimum soit accompagné de mesures supplémentaires favorisant la création d'emploi."

La population active en Allemagne a dépassé le mois dernier 42 millions de personnes, atteignant un nouveau record.

Ce chiffre est de bon augure pour la demande intérieure, sur laquelle compte Berlin pour alimenter la croissance économique alors que la demande étrangère, son moteur traditionnel, montre des signes de faiblesse.

Une inflation modérée, des hausses de salaires importantes et des taux d'intérêt historiquement bas favorisent en effet la consommation.

Le moral des ménages a atteint son meilleur niveau depuis six ans à l'approche de la saison des fêtes de fin d'année, tandis que l'indice Ifo du climat des affaires est au plus haut depuis un an et demi, ce qui pourrait se traduire par des embauches, du moins dans le secteur des services, le plus dynamique actuellement.

La mise en oeuvre de l'accord de coalition devrait toutefois se traduire par une hausse des pensions de retraite et un encadrement plus strict du travail temporaire et des contrats à durée déterminée.

Le programme commun élaboré par la CDU et le SPD prévoit parallèlement des dépenses publiques d'infrastructures moins importantes qu'attendu par la plupart des observateurs.

Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • wikus
    28 novembre11:03

    viendez en France y a du taf pour toi étranger ! le français ne veut pas travailler.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

193.53 +1.11%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.