Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le chômage à son plus bas niveau en quatre ans aux Etats-Unis

Reuters03/05/2013 à 19:52

LE CHÔMAGE AUX ÉTATS-UNIS

par Lucia Mutikani

WASHINGTON (Reuters) - L'économie américaine a créé nettement plus d'emplois qu'attendu en avril, ramenant le taux de chômage à un plus bas de quatre ans, tempérant les inquiétudes liées à l'impact des coupes budgétaires et des augmentations d'impôts de ces derniers mois.

"Ces chiffres de l'emploi montrent que l'on était peut-être trop pessimiste sur l'économie américaine (...) Surtout les révisions sont impressionnantes avec 114.000 créations de postes en plus sur deux mois", a commenté un trader.

L'administration a recensé la création de 165.000 postes non agricoles en avril et le taux de chômage a reculé à 7,5%, selon les statistiques officielles publiées vendredi par le département du Travail.

Par ailleurs, le nombre de créations d'emplois pour mars a été révisé en forte hausse, de 88.000 à 138.000.

Les chiffres de février ont eux aussi été révisés à 332.000, un record depuis mai 2010, contre 268.000.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 145.000 créations de postes en avril et un taux de chômage stable à 7,6%.

Cette annonce a entraîné une hausse du dollar face au yen (+1,11%) ainsi qu'une augmentation des rendements Treasuries américains à 1,70 contre 1,63 jeudi soir. A Wall Street, les investisseurs ont également salué ces chiffres, le Dow Jones franchissant les 15.000 points pour la première fois de son histoire, le S&P 500 enfonçant le plafond des 1.600 points, là encore pour la première fois.

"C'est une bonne nouvelle pour le dollar, surtout après le communiqué de la Fed cette semaine qui donne encore plus d'importance aux statistiques de l'économie américaine", selon Omer Esiner, analyste chez Commonwealth Foreign Exchange, à Washington.

CERTAINES FRAGILITÉS PERSISTENT

Paradoxalement, certains éléments du rapport vont dans le sens d'un ralentissement de l'activité américaine.

Les créations d'emploi dans le secteur de la construction ont ainsi enregistré leur premier repli en un an, tandis que dans le secteur manufacturier le niveau des emplois est resté stable.

Les chiffres du chômage pour le mois d'avril peuvent surprendre au regard des statistiques de ces dernières semaines. Bien que le produit intérieur brut (PIB) américain ait enregistré une croissance annualisée de 2,5% au premier trimestre, certains chiffres font état d'un ralentissement sur la fin de la période.

Les économistes redoutaient que l'impact des coupes budgétaires et des augmentations d'impôts sur une demande intérieure déjà atone, dissuade les entreprises d'embaucher.

Selon Alan Krueger, premier conseiller économique de Barack Obama, les chiffres du chômage auraient été encore meilleurs si le Congrès avait voté les programmes de création d'emploi proposé par la Maison blanche.

"Il est fondamental que nous restions concentrés sur la poursuite de politiques permettant de soutenir les créations d'emploi et l'expansion de la classe moyenne", a-t-il ajouté dans un communiqué.

"Le fait que l'emploi se porte si bien malgré les réductions budgétaires que subit l'économie est un signe très fort de l'amélioration de l'économie", selon Russell Price, économiste chez Ameriprise Financial Services, dans le Michigan.

Toutefois, le nombre de création d'emplois est encore insuffisant pour permettre une baisse significative du taux de chômage.

Selon les économistes, ces chiffres de l'emploi ne sont pas en mesure de modifier l'attitude de la Réserve Fédérale américaine (Fed) concernant sa politique de rachat d'actifs.

Elle a d'ailleurs confirmé mercredi le maintien de son programme de rachat de titres du Trésor et obligations hypothécaires au rythme de 85 milliards de dollars par mois pour soutenir l'activité et pourrait augmenter le rythme si besoin.

"Je ne pense pas que les chiffres d'aujourd'hui soient suffisamment forts pour éclipser totalement les faiblesses constatées dans certains secteurs, comme l'activité manufacturière et la tendance générale de la croissance économique, donc je pense que la Fed va rester pleinement engagée", a ajouté Russell Price.

Les commandes nouvelles reçues par les groupes industriels américains ont ainsi enregistré leur plus fort repli en sept mois au mois de mars.

Du côté des services, la croissance de l'activité a ralenti au mois d'avril, jusqu'à tomber à un plus bas de neuf mois, montrent les chiffres publiés vendredi par l'institut ISM.

Lucia Mutikani, Constance De Cambiaire pour le service français


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.