Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le chef de l'Onu craint une extension des violences en Birmanie

Reuters28/09/2017 à 22:05
    NATIONS UNIES, 28 septembre (Reuters) - Le secrétaire 
général des Nations unies a dit jeudi craindre que les violences 
visant les Rohingya, qui touchent le nord de l'Etat birman 
d'Arakan, ne s'étendent à la partie centrale de cet Etat, où 
250.000 personnes risquent de fuir des troubles. 
    Antonio Guterres a déclaré au Conseil de sécurité, qui a 
tenu sa première réunion publique sur la Birmanie depuis huit 
ans, que les violences avaient tourné au "cauchemar humanitaire, 
au cauchemar pour les droits de l'homme". 
    Elles sont en train de devenir "la situation d'urgence qui 
évolue le plus rapidement au monde" en matière de réfugiés. 
    "Nous avons recueilli des témoignages qui font froid dans le 
dos, venant de ceux qui ont fui, essentiellement des femmes, des 
enfants et des personnes âgées", a-t-il dit. 
    "Ces témoignages abondent dans le sens de violences 
excessives et de graves violations des droits de l'homme, par un 
usage aveugle d'armes à feu, l'utilisation de mines contre des 
civils et des violences sexuelles", a-t-il ajouté. 
    Plus de 500.000 musulmans apatrides Rohingya ont fui au 
Bangladesh voisin depuis le 25 août, jour où des insurgés 
rohingya ont attaqué une série de commissariats près de la 
frontière. Ces attaques ont entraîné de violentes représailles 
militaires, qui, pour les Nations unies, équivalent à une 
opération de nettoyage ethnique. 
    La réunion du Conseil de sécurité jeudi s'est tenue à 
l'initiative de la Suède, des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, 
de la France, de l'Egypte, du Sénégal et du Kazakhstan. 
    Antonio Guterres a demandé à ce que l'aide humanitaire 
puisse parvenir sans délai aux régions en proie aux violences, 
et il s'est dit inquiet "face à l'actuel climat d'antagonisme 
visant les Nations unies" et les organisations caritatives. 
  
    "Ne pas remédier à ces violences systématiques risque 
d'avoir pour conséquence leur extension au centre de l'Etat de 
Rakhine, où 250.000 musulmans de plus pourraient devoir fuir", 
a-t-il continué. 
 
 (Michelle Nichols, Eric Faye pour le service français) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.