Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le CAC 40 chute de 1,9% en clôture

Le Revenu05/06/2013 à 18:16

DR

Les investisseurs, qui redoutent les futurs ajustements de la politique monétaire de la Réserve Fédérale américaine, ont accentué leurs prises de bénéfices dans l'après-midi après la publication de quelques statistiques économiques américaines, notamment sur le front de l'emploi et ce, avant la publication du rapport mensuel de l'emploi US vendredi prochain... Wall Street corrige également pour le moment, à quelques heures de la publication du Livre Beige économique de la Fed (résumé des conditions économiques par régions).

ECO/DEVISES

A Tokyo, l'indice Nikkei a plongé de 3,8% en clôture. Hier soir aux Etats-Unis, la baisse était aussi de mise, le Dow Jones cédant 0,5% et le Nasdaq terminant en recul de 0,6%. Les investisseurs restent inquiets d'un ralentissement des achats d'actifs de la Fed dans les prochains mois... Hier, le chef économiste de Goldman Sachs, Jan Hatzius, a estimé dans une interview à 'Bloomberg TV', que la banque centrale américaine pourrait commencer à ajuster son "QE3" dès le mois de septembre. Ce matin au Japon, le Premier ministre Shinzo Abe a déçu les marchés en n'annonçant pas de mesure concrète nouvelle dans un discours très attendu sur la "troisième flèche" de sa stratégie de relance de l'économie nipponne.

Le PIB de la zone euro s'est bien contracté de -0,2% au premier trimestre 2013, a fait savoir Eurostat en matinée, conformément à l'estimation qui avait déjà été fournie. Sur un an, la baisse atteint -1,1%.

L'indice PMI final composite de la zone euro s'est établi à 47,7 points en mai, selon Markit, conformément à la lecture flash publiée initialement. La composante services est cependant légèrement en-deçà de la première estimation, à 47,2. Il s'agit du second mois consécutif de remontée de l'indice, qui reste cependant en phase de contraction puisqu'il ressort inférieur à la barre des 50 points.

D'après le rapport mensuel d'ADP concernant l'emploi privé non-agricole aux Etats-Unis, les créations de postes pour le mois de mai 2013 se sont élevées à seulement 135.000 sur une base ajustée des variations saisonnières, contre 171.000 de consensus. En outre, le gain estimé pour le mois d'avril a été revu en baisse à 113.000. En mai, les petites entreprises ont créé 58.000 postes, les moyennes 39.000 et les grandes 39.000.

L'indice ISM américain des services pour le mois de mai 2013 est ressorti à 53,7, proche du consensus des économistes, contre 53,1 en avril. Il traduit donc une légère accélération de l'expansion de l'activité dans les services aux Etats-Unis, le mois dernier. L'embauche a certes ralenti, mais les commandes nouvelles ont fortement progressé.

D'après le rapport gouvernemental du jour, les commandes industrielles américaines pour le mois d'avril 2013 ont grimpé de 1% en comparaison du mois antérieur, contre +1,4% de consensus de place et -4,7% en mars (-4% précédemment estimé pour le mois de mars).

D'après le dernier rapport hebdomadaire dévoilé par le Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont reculé de 6,3 millions de barils pour la semaine close au 31 mai 2013, à 391,3 millions de barils. Le consensus tablait sur une baisse de 400.000 barils. Les stocks d'essence ont eux baissé de 0,4 million de barils quand le consensus attendait une progression de 0,5 million de barils. Enfin, les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont progressé de 2,6 millions de barils contre une hausse de 1,2 million de barils anticipée par le consensus.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,3075$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 94,1$ et le Brent s'affiche à 103,9$.

VALEURS EN HAUSSE

* Soitec monte de 3% et enregistre ainsi une troisième séance consécutive de hausse.

* EDF, seule valeur du CAC40 dans le vert aujourd'hui, grimpe de 2,6%. L'étude de la Commission de régulation de l'énergie sur les coûts de production et de commercialisation d'EDF risque de faire grand bruit. Elle a été mise en ligne ce matin, et fait planer le risque d'une augmentation massive des prix électriques à court terme. La Commission estime qu'il faut envisager une hausse des prix réglementés, dès l'été 2013, de 6,8% à 9,6% pour les tarifs bleus, afin de couvrir la hausse des coûts de l'énergéticien. Le premier chiffre intègre l'hypothèse d'un allongement comptable de 10 ans de la durée d'amortissement des centrales nucléaires en 2013, le second non. En outre, la CRE a constaté en 2012 un écart de 1,47 milliard d'euros entre les coûts supportés par EDF et les tarifs réglementés fixés en 2012, qui s'explique en partie par une hausse des tarifs inférieure à ce qui était nécessaire pour couvrir les coûts alors estimés. Si le rattrapage de l'écart constaté entre les coûts et les tarifs 2012 était effectué intégralement sur un an, il entraînerait une hausse supplémentaire sur les tarifs bleus de 7,6%. L'étude publiée aujourd'hui entre dans la mission de la CRE, prévue par le code de l'énergie, qui consiste à analyser la couverture des coûts d'EDF par les tarifs réglementés de vente, telle qu'elle est prévue par le code de l'énergie. Les tarifs sont fixés par les ministres chargés de l'économie et de l'énergie après avis de la CRE, jusqu'en décembre 2015. Le Commission a analysé l'évolution des tarifs passés, sur la période 2007 à 2012, et les perspectives 2013 à 2015.

VALEURS EN BAISSE

* Alcatel-Lucent cède 4,3%. "Plus ça change, plus c'est la même chose". Le titre de l'étude que Berenberg consacre à Alcatel-Lucent ne laisse pas beaucoup d'espoir quant à l'opinion du courtier sur le dossier : elle reste négative, assortie d'une valorisation à 0,70 euro.

* Carrefour perd 4%. HSBC a abaissé de "neutre" à "sous-pondérer" sa recommandation. Le courtier a ajusté en baisse de 22 à 21 Euros son objectif de cours.

* Casino perd 3,2%. JP Morgan a réduit de "neutre" à "sous-pondérer" sa recommandation sur la maison-mère Rallye ce matin, en ramenant de 28 à 26,50 Euros son objectif.

* Lafarge et Saint-Gobain reculent respectivement de 3% et 1,5%. Les analystes de CM-CIC Securities ont relevé leur objectif de cours du groupe Saint-Gobain de 37 à 40 Euros.

* Les défensives L'Oréal ou Danone reculent respectivement de 2,8% et 2,3%.

* LVMH recule de 2,6% et enregistre ainsi une quatrième séance consécutive de baisse.

* Alstom (-2,4%) aligne une quatrième séance dans le rouge, et revient ainsi sur les 28 Euros.

* Technip (-0,2%). Le groupe a signé un nouveau contrat "subsea" qualifié de "conséquent", c'est-à-dire de l'ordre de 100 à 250 millions d'euros selon la terminologie maison. La société d'ingénierie pétrolière a signé avec Exxon Mobil un accord à prix forfaitaire pour le développement du champ Julia, dans la zone Walker Ridge du golfe du Mexique, à une profondeur d'eau d'environ 2.100 mètres.

Finance Plus, édité par lerevenu.com

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.