Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

«Le bouclier fiscal va changer», affirme Christine Lagarde

Le Figaro29/09/2010 à 21:30
Sur Europe 1 dimanche matin, la ministre de l'Économie Christine Lagarde a passé en revue de nombreux sujets : la croissance, le déficit, le chômage, l'euro et les niches fiscales. Elle se veut rassurante.

«La France est sortie de la crise». D'entrée de jeu, la ministre de l'Économie , Christine Lagarde, affiche la couleur. Bien que le chômage soit reparti à la hausse au mois d'août, elle se veut résolument optimiste. «Les chiffres sont là pour le dire, affirme-t-elle. Et notamment un qui est un signal important à mes yeux : la reprise de l'investissement. Pour la première fois depuis la crise, les entreprises réinvestissent.»

Croissance : 2,5% en 2012

Celle qui affirme «n'avoir besoin ni de maître, ni de protecteur» est d'autant plus optimiste qu'elle espère une «bonne surprise» pour la croissance du produit intérieur brut en 2010, qui, selon elle, sera «d'au moins 1,5%». La ministre de l'Économie a par ailleurs confirmé que la croissance sera de 2% en 2011, et annoncé qu'elle sera de 2,5% en 2012, «grâce à la reprise mondiale et aux réformes que nous menons». Un chiffre conforme aux prévisions du programme de stabilité transmis en janvier aux partenaires européens.

Déficit : «inférieur à 8% fin 2010»

Sur le déficit, elle a affirmé qu'il serait inférieur à 8% fin 2010, sans donner de chiffre précis, contrairement au ministre du Budget François Baroin. Sur France 2, il y a un peu plus d'une semaine, celui-ci avait confirmé le chiffre de 7,8% de déficit pour cette année avancé par Le Figaro . La ministre a ajouté que le déficit public prévu sera de 6% fin 2011, 4,6% en 2012 et 3% en 2013.

«En tendance, le chômage s'améliore»

En ce qui concerne le chômage, Christine Lagarde relativise la forte hausse du mois d'août (+15.900 demandeurs d'emploi). «Cela ne change pas la tendance de fonds qui s'améliore, affirme-t-elle. Elle rappelle que le taux de chômage se stabilise (9,6% en mai, puis 9,5%, puis 9,3%) et diminue sur le long terme. Le chiffre du nombre de créations d'emplois depuis le début de l'année est là pour le prouver selon elle: «+60.000». Et d'ajouter : «Ce serait formidable d'arriver à moins de 9% (de chômage) d'ici 2012».

Budget 2011 : «Tout le monde va participer»

La ministre de l'Économie a également abordé la question du budget 2011. En un an, l'État doit trouver 40 milliards d'euros et 100 milliards en trois ans. Le gouvernement a pour cela décidé de réduire les niches fiscales de 10 milliards d'euros. «C'est un budget courageux et déterminé. La France n'a jamais fait un tel effort, à savoir réduire de deux points le déficit. Tous les arbitrages sont rendus. Tout le monde va participer», explique-t-elle. Christine Lagarde a notamment précisé que 60% des 10 milliards d'euros sera supporté par les entreprises et 40% par les ménages.

Lagarde n'exclut pas la disparition du bouclier fiscal

La ministre de Bercy est revenue sur deux niches fiscales : le bouclier fiscal et les mariés et pacsés. Pour le premier, elle a été affirmative. «Il va changer». «Il ne protègera pas pour les hauts revenus et les revenus du capital», a-t-elle complété, en référence au «coup de rabot» sur certaines niches fiscales et sociales. Sur le fond, elle a maintenu que «le principe selon lequel un contribuable ne paie pas plus de 50% d'impôts est un bon principe». A mots couverts, Christine Lagarde semble même envisager la disparition du bouclier fiscal. «Le président de la République nous a demandé de travailler sur un projet. Le principe, c'est la convergence fiscale avec l'Allemagne». Or, Outre-Rhin, il n'y a ni bouclier fiscal, ni impôt sur la fortune. Un rapport à ce sujet a été demandé à la Cour des comptes par Nicolas Sarkozy, pour étudier les systèmes fiscaux français et allemand

«Pas d'incitation fiscale à se marier ou divorcer»

En ce qui concerne l'avantage fiscal accordé aux mariés et aux pacsés, la ministre de l'Economie a confirmé qu'il sera supprimé, comme l'avait annoncé François Baroin. «Il ne doit pas y avoir d'incitation fiscale à se marier ou à divorcer», a-t-elle déclaré. Jusque-là, les jeunes mariés/pacsés pouvaient souscrire trois déclarations de revenus. Désormais, ils devront choisir: soit ils remplissent une déclaration chacun pour toute l'année, soit ils en transmettent une commune au fisc. Les divorcés seront eux contraints de rédiger deux déclarations distinctes pour toute l'année.

La volatilité de la parité euro/dollar «pénalise les industriels»

Après avoir flirté avec la barre des 1,20 dollar en juin dernier, l'euro remonte en flèche. La monnaie unique vaut désormais plus de 1,34 dollar. Cette hausse s'est-elle faite trop vite ? Pour Christine Lagarde, la réponse est oui. «Quand la valeur de l'euro par rapport au dollar est volatile comme ça, ce n'est pas bon pour les industriels, en particulier ceux qui exportent», a-t-elle dit, en évoquant le cas d'EADS, maison mère d'Airbus, dont le président Louis Gallois a regretté l'affaiblissement du dollar.

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.507 +5.08%
5390.13 -0.50%
27.22 0.00%
99.7 -2.25%
84.3 -0.33%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.