Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le bonus du directeur général de JPMorgan réduit de moitié

Reuters16/01/2013 à 19:28

JPMORGAN RÉDUIT DE PLUS DE MOITIÉ LE BONUS DE JAMIE DIMON

NEW YORK (Reuters) - Le conseil d'administration de JPMorgan Chase & Co a réduit de plus de moitié le bonus attribué au directeur général Jamie Dimon à la suite de l'enquête sur les pertes de trading de 6,2 milliards de dollars liées à l'affaire dite de "la baleine de Londres".

La rémunération globale de Jamie Dimon pour 2012 a été ramenée à 11,5 millions de dollars, dont 10 millions de bonus, contre 23,1 millions et 21,5 millions de bonus en 2011.

Elle a été amputée en dépit de la hausse de 53% du bénéfice net de la banque au quatrième trimestre et du fait que le groupe peut se targuer de profits annuels record en 2012.

Les résultats du quatrième trimestre ont bénéficié entre autres de la croissance des activités de crédit immobilier et de la forte baisse des provisions pour risque de crédit.

Ce sont ces résultats sans précédent qui ont motivé l'octroi d'une prime malgré tout à Jamie Dimon, même si les pertes de trading londoniennes en ont été retranchées.

"En tant que PDG, M. Dimon assume la responsabilité ultime des échecs qui ont conduit aux pertes du Chief Investment Office", explique la banque dans un communiqué, en référence à la division des opérations pour compte propre du groupe.

Les pertes de trading subies l'an dernier par le CIO - imputées en grande partie sur le deuxième trimestre 2012 - sont dues pour l'essentiel aux positions perdantes prises par Bruno Iksil, un trader français basé à Londres et surnommé "la baleine", sur le marché des dérivés de crédit.

Jamie Dimon a dit à la presse qu'il respectait la décision du conseil d'administration.

Un rapport spécial commandé par la banque et rendu public mercredi pointe trois autres dirigeants, en dehors de Dimon, pour ces pertes de trading : Ina Drew, l'ancienne responsable des investissements, Barry Zubrow, ex-responsable du risque, et Douglas Braunstein, l'ex-directeur financier.

Ina Drew n'a pas supervisé comme il l'aurait fallu les transactions qui ont abouti aux pertes, Barry Zubrow n'a pas établi dans les normes la fonction risque au sein du CIO, et il est reproché à Douglas Braunstein des carences dans les contrôles financiers, lit-on dans le rapport.

Quant à Jamie Dimon, "il aurait pu éprouver davantage la confiance qu'il accordait à ce qui lui était dit". Mais il lui est reconnu d'avoir réagi "avec vigueur" lorsqu'il a eu connaissance du problème.

"GLOBALEMENT UN BON TRIMESTRE"

Jamie Dimon a dit mercredi que l'affaire de "la baleine" n'avait pratiquement plus d'incidence pour ce qui concernait le trading, mais les autorités de régulation continuent d'enquêter. Il a admis que l'affaire avait encore causé une perte au quatrième trimestre. Il a dit qu'elle était modeste, sans autre précision.

Sur les trois derniers mois de 2012, la première banque américaine a réalisé un bénéfice net de 5,69 milliards de dollars (4,29 milliards d'euros), soit 1,39 dollar par action, contre 3,73 milliards (90 cents/action) un an auparavant.

Ces résultats, sur les deux périodes, incluent des éléments exceptionnels.

David George, analyste de Baird, pense que ces résultats ne devraient pas faire pâle figure face à la concurrence.

Les revenus tirés du crédit immobilier, hors pertes sur rachats de prêts antérieurs, ont augmenté de 51% à 1,6 milliard.

Les provisions pour risque de crédit ont chuté de 70% à 656 millions.

"Nous avons continué d'observer des conditions de crédit favorables sur l'ensemble de nos portefeuilles de prêts et des performances de crédit solides dans notre portefeuille de cartes de crédit", a observé Jamie Dimon.

"Globalement, c'est un bon trimestre pour JPM", dit Glenn Schorr, analyste de Nomura. "Une solide progression des résultats, formation et rendement du capital, et une valorisation raisonnable devraient faire de 2013 à nouveau une bonne année pour l'action."

Celle-ci a effacé ses pertes initiales à Wall Street et prenait 0,58% à 46,62 dollars en fin de matinée. Le titre a largement récupéré les 26 milliards de dollars de perte de capitalisation accumulées dans les deux semaines qui ont suivi l'admission par JPMorgan des pertes de "la baleine".

Jamie Dimon a estimé que des rachats d'actions restaient intéressants aux cours actuels.

Marc Angrand et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Dominique Rodriguez


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.