1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le bilan des manifestations au Nicaragua s'alourdit
Reuters22/04/2018 à 20:08

    MANAGUA, 22 avril (Reuters) - Les manifestations
antigouvernementales se poursuivaient pour le cinquième jour
consécutif dimanche au Nicaragua et des scènes de pillage ont
été signalées dans la capitale, aggravant la crise politique à
laquelle le président Daniel Ortega est confronté.
    La Croix-Rouge a fait état d'au moins sept morts et de
centaines de blessés depuis le début du mouvement contre une
réforme des retraites tandis qu'une organisation de défense des
droits de l'homme nicaraguaienne a avancé un bilan de 25 morts.
    Deux nouvelles manifestations étaient programmées dimanche à
Managua, la capitale, où des magasins ont été pillés pendant le
week-end, ont constaté des journalistes de Reuters.
    Un journaliste nicaraguaien a été tué par balles samedi soir
en plein direct télévisé dans la ville de Bluefields, sur la
côte caraïbe, a annoncé son employeur.
    Une porte-parole de la Croix-Rouge, Lissett Guido, a dit
être en mesure de confirmer sept décès liés au mouvement de
protestation, tout en prévenant que le bilan allait s'alourdir.
    Le gouvernement nicaraguaien parlait déjà d'une dizaine de
morts vendredi soir et le directeur de la CENIDH, une ONG des
droits de l'homme, dit en avoir comptabilisé 25, la plupart tués
par des tirs à balles réelles ou en caoutchouc.
    La répression policière a accentué les critiques visant le
président vétéran Daniel Ortega, qui a progressivement resserré
son emprise sur les institutions depuis qu'il est revenu au
pouvoir il y a 11 ans.
    

 (Oswaldo Rivas
Tangi Salaün pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer