1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

LBPAM : le thème liant zone euro et sphère émergente profite aux institutionnels
Newsmanagers25/06/2012 à 14:00

(NEWSManagers.com) - Le thème d'investissement consistant à s'intéresser aux entreprises européennes dont l'activité est fortement exposée aux marchés émergents a le vent en poupe. Reste à savoir cependant si l'idée séduisante lorsque l'économie mondiale se porte bien résiste en période de crise, les pays émergents pâtissant de la faiblesse de la demande des économies occidentales. Arrivé récemment sur ce créneau en février 2011, avec LBPAM Actions Euro Focus Emergent, La Banque Postale Asset Management entend se protéger d'un tel scenario. La gestion, assurée par Olivier Hakim et Florence Marty, se développe sur trois grandes zones émergentes pour diversifier ses risques : Amérique latine, Asie et Europe de l'est. Elle pratique une approche " bottum-up" à travers un filtre thématique doublée d'une approche " top down" en utilisant les services du bureau d'analyses GaveKal Research. " Nous avons un prisme zone euro" explique Olivier Hakim, " mais le bureau d'analyses présent dans les grandes zones émergentes a pour mission de nous donner des idées et de vérifier aussi qu'il n'y a pas de ralentissement de la consommation notamment." Car l'autre façon de se prémunir contre le ralentissement de la croissance des grandes économies consiste à privilégier la demande interne des pays émergents.

En chiffres, l'univers d'investissement du fonds - sans risque de change lié aux devises locales - est polarisé sur les entreprises dont le chiffre d'affaires réalisé dans les pays émergents est supérieur à 20 %. Actuellement, les biens de consommation occupent la part belle au sein du portefeuille (plus de 50 %) devant les services aux consommateurs (25 % environ). A posteriori la répartition géographique par pays place les valeurs françaises en position dominante (près de 50 %) devant les valeurs allemandes (15 %) et italiennes (10 %). Le fonds affiche un net biais " grandes capitalisations" : plus de 50 % des titres sélectionnés affichent des capitalisations de plus de dix milliards d'euros, la part des " petites" valeurs ? dont la capitalisation est inférieure à 1 milliard ? n'excédant pas 3 %. " La gestion suit également un processus rigoureux qui donne un objectif de cours à chaque titre, à partir duquel la ligne sera allégée et nous conduira à chercher d'autres idées" , explique Florence Marty.

L'autre " verrouillage" opéré par la gestion consiste à appliquer une notation propre à la société de gestion aux titres éligibles, " et ce afin de ne pas se focaliser sur le seul critère d'exposition à la sphère émergente" , précise Olivier Hakim. Exemple : la valeur Nokia dont l'activité est bien réalisée à 60 % vers ces zones, mais est pénalisée sur d'autres aspects, n'a pas été retenue par les gérants. Plutôt concentré, le portefeuille compte une cinquantaine de valeurs, sur 120 éligibles avec des pondérations comprises entre 2 % et 4 %. En termes de performances, le fonds affiche une progression de 0,12 % depuis sa création tandis que son indice de référence recule de 22,63 %. Et depuis le début de l'année le fonds enregistre une performance de 10,79% contre -3,05% pour l'indice.

Pour autant, la gestion réfute l'idée d'un fonds de nature défensive, et rappelle qu'au cours des deux premiers mois de l'année 2012, avec un indice Eurostoxx Net Return pourtant en nette progression (+5,5 % en janvier et +4,4 % en février), le fonds avait, pour sa part, progressé de 7,2 % et 6,9 %. " En fait" , conclut Olivier Hakim, " les valeurs européennes sélectionnées dans le portefeuille présentent une forte corrélation à l'indice MSCI Emerging Market Dividendes Nets Réinvestis et non pas à l'indice de la zone euro" .

Pour l'instant, ce fonds qui affiche aujourd'hui un encours de 100 millions d'euros est destiné uniquement à la clientèle institutionnelle. Cependant, la société de gestion n'exclut pas d'élargir, à terme, le nombre de ses souscripteurs en s'ouvrant à la clientèle des particuliers.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer