Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Lagardère sortira très probablement d'EADS en 2013

Reuters13/11/2012 à 15:29

EADS PROBABLEMENT SANS LAGARDÈRE COURANT 2013

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Lagardère sortira très probablement du capital d'EADS en 2013 car les programmes du futur long-courrier A350 et de l'avion de transport militaire A400M semblent désormais bien engagés, a déclaré mardi Arnaud Lagardère, gérant commandité du groupe éponyme.

L'annonce de l'homme d'affaires, qui préside le conseil d'administration d'EADS depuis mai, intervient au moment où des questions se posent sur le maintien du pacte d'actionnaires actuel qui garantit l'équilibre franco-allemand au sein du groupe d'aérospatiale et de défense.

Arnaud Lagardère, dont l'objectif est de se concentrer sur les activités de son groupe de médias, avait déjà annoncé vouloir céder sa participation de 7,5% dans EADS une fois le programme A350 stabilisé, mais sans fixer de calendrier précis.

"C'est désormais clair, avec le gouvernement français et tout le monde au sein d'EADS, qu'il est plus que probable que nous sortirons l'année prochaine", a-t-il dit lors d'une conférence téléphonique sur le chiffre d'affaires trimestriel de Lagardère.

"Nous avons les feux verts sur EADS et c'est pourquoi c'est facile pour nous de prendre une décision", a-t-il ajouté. "Nous avons une fenêtre maintenant que la plupart de nos projets - sinon tous les projets - semblent bien engagés".

Arnaud Lagardère s'est également félicité du fait que la communication était devenue plus claire au sein d'EADS.

"Tout le monde sait exactement ce qu'il se passe et nous avons fait beaucoup d'efforts pour pousser la direction à vraiment communiquer de manière très ouverte", a-t-il fait valoir.

BON MOMENT POUR VENDRE

Issu de la création d'EADS en 2010, le pacte d'actionnaires d'EADS respecte parfaitement l'équilibre franco-allemand : du côté de français, l'Etat et Lagardère détiennent respectivement 15% et 7,5% du capital; du côté allemand, le constructeur automobile Daimler possède 15% du capital et un consortium de sept banques allemandes (Dedalus) les 7,5% restants.

Selon un projet détaillé consulté par Reuters fin octobre, la banque publique KfW devrait porter sa participation dans EADS de 1% à 13% d'ici la fin de l'année. Elle devrait racheter dans un premier temps une participation 4,5% à Dedalus, puis la moitié des 15% de Daimler.

"Nous avons très clairement dit que notre objectif était évidemment d'être du côté des intérêts de Lagardère, mais c'est un groupe complexe et il aurait été très difficile pour nous de vendre notre participation dans EADS et de ne pas protéger dans une certaine mesure les intérêts français", a observé Arnaud Lagardère.

Le groupe Lagardère avait exprimé début octobre ses doutes sur le projet de fusion entre EADS et le britannique BAE Systems, qui a finalement capoté le 10 octobre, un échec attribué au veto de la chancelière allemande Angela Merkel.

"Ce qui est formidable concernant la négociation avec BAE, c'est que tout a été mis sur la table", a poursuivi Arnaud Lagardère, faisant référence à la probable sortie de Daimler du capital d'EADS. "Il y a eu une très large communication sur le pacte".

Arnaud Lagardère a considéré que c'était le "bon moment" pour céder sa participation, vu le parcours d'EADS en Bourse, qui surperforme encore le CAC40 cette année même s'il n'a pas compensée la chute accusée par le titre à la mi-septembre après l'annonce du projet de fusion entre EADS et BAE Systems.

Au cours actuel d'EADS, la participation de Lagardère vaut 1,63 milliard d'euros.

L'homme d'affaires a également indiqué que Lagardère partagerait les recettes de la cession de sa participation dans EADS entre la redistribution aux actionnaires, le désendettement et quelques petites acquisitions.

Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.