Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Lafarge optimiste sur les prix du ciment et la demande en 2012

Reuters04/05/2012 à 14:29

Lafarge optimiste sur les prix du ciment et la demande en 2012

par Gilles Guillaume et Elena Berton

PARIS (Reuters) - Lafarge entend poursuivre en 2012 ses hausses de prix, son désendettement et ses cessions d'actifs, dans un contexte de croissance de la demande mondiale de ciment qui a soutenu ses résultats au premier trimestre.

Le premier cimentier mondial, qui se recentre actuellement sur ce métier ainsi que sur le béton et les granulats tout en sortant du plâtre, continue d'anticiper pour l'année une hausse de 1 à 4% de la demande de ciment grâce aux pays émergents, où il réalise désormais 60% de ses ventes, et malgré l'Europe, notamment du Sud.

Ce contexte est propice à un rattrapage en matière de prix, d'autant plus favorable aux marges du groupe que Lafarge anticipe une inflation des coûts plus modérée en 2012 qu'en 2011.

"Les augmentations de prix passées avec succès au début de l'année confortent notre optimisme sur les prix pour l'ensemble de l'année", a déclaré le directeur financier Jean-Jacques Gauthier au cours d'une téléconférence.

Il s'est également montré confiant de pouvoir procéder à une nouvelle hausse en août sur le marché américain du ciment.

Lafarge a maintenu son estimation du marché en 2012 malgré la dégradation de l'activité en Grèce d'une part, et en dépit du rebond observé aux Etats-Unis d'autre part. Jean-Jacques Gauthier a souligné que sur le marché nord-américain, le groupe préférait attendre prudemment le deuxième trimestre avant d'affiner éventuellement à la hausse sa prévision actuelle de la demande de ciment, comprise entre -1 et +2%.

"Les principaux chiffres devraient recevoir un accueil positif, en particulier au vu de la pression récente exercée sur l'action", commente Goldman Sachs dans une note.

Vers 11h30, le titre Lafarge prend 3,2% à 30,92 euros, après un plus haut du jour à 31,80. A la clôture de jeudi, le titre affichait un gain de 10% environ depuis le début de l'année, après -42% en 2011.

PLUS D'UN MILLIARD D'EUROS DE CESSIONS D'ACTIFS EN 2012

Lafarge a réalisé au premier trimestre un chiffre d'affaires en hausse de 5% à 3,35 milliards d'euros, légèrement supérieur au consensus établi par la rédaction de Reuters à partir des estimations de huit analystes qui donnait 3,3 milliards.

L'Ebitda a augmenté pour sa part de 8% et le résultat d'exploitation courant de 28%, tandis que le résultat net, part du groupe, a fait apparaître une perte de 44 millions d'euros, contre -29 millions un an plus tôt, reflet de charges de restructuration correspondant notamment aux 500 suppressions d'emplois engagées à travers le monde dans le cadre de la réorganisation du groupe.

En excluant ces charges, Lafarge a dégagé sur la période un bénéfice net de 18 millions d'euros.

Lafarge entend réduire d'au moins 400 millions d'euros ses coûts cette année et limiter à 800 millions d'euros ses investissements dans le cadre de son désendettement.

Au premier trimestre, la dette nette du groupe, héritée en grande partie de l'acquisition de l'égyptien Orascom en 2008, a reculé de 13% sur un an à 12,4 milliards d'euros. D'un trimestre sur l'autre, elle ressort en revanche en hausse de 3% environ, une évolution liée "à des variations saisonnières normales du BFR (besoin en fonds de roulement)", a expliqué Lafarge.

Pour réduire de manière "significative" cette dette en 2012, le groupe compte également céder pour un milliard d'euros d'actifs, dont 71 millions ont été réalisés sur le trimestre.

Jean-Jacques Gauthier a précisé que Lafarge dépasserait ce chiffre d'un milliard, mais sans dire de combien.

Deux activités font l'objet de rumeurs de cessions, le plâtre en Amérique du Nord, reliquat d'un métier dont le groupe est quasiment sorti l'an dernier, et le ciment en Afrique du Sud. Lafarge doit également réaliser les importantes cessions d'actifs en Grande-Bretagne exigées par l'autorité de la Concurrence pour donner son feu vert au projet de co-entreprise entre Lafarge et Anglo American.

"Il n'est pas impossible que ces désinvestissements puissent être faits en 2012", a indiqué de son côté le PDG de Lafarge, Bruno Lafont, au cours d'une téléconférence.

Avec Michel Pires-Brito, édité par Gwénaëlle Barzic

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.