Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La zone euro vers une solidarité progressive sur les banques

Reuters14/12/2013 à 23:54

LA ZONE EURO VERS UNE SOLIDARITÉ PROGRESSIVE SUR LES BANQUES

BRUXELLES (Reuters) - Le coût de la fermeture éventuelle d'une banque de la zone euro sera dans un premier temps supporté presque intégralement par son pays d'origine mais les autres Etats membres augmenteront progressivement leur contribution et le partage sera équitable au bout de dix ans, montre une proposition de la présidence de l'Union que s'est procurée Reuters samedi.

Elaborée par la Lituanie, qui assure jusqu'à la fin du mois la présidence tournante du Conseil européen, cette proposition sera débattue lors d'une réunion extraordinaire de hauts responsables de l'Union lundi.

Parvenir à un accord sur ce dossier délicat avant le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement jeudi et vendredi à Bruxelles permettrait à ces derniers de prouver que le projet d'union bancaire, présenté comme un nouveau pilier de l'arsenal anti-crise européen, progresse malgré les divergences.

Le projet que s'est procuré Reuters prévoit que les coûts engendrés par la décision éventuelle de fermer une banque en difficulté serait, pendant la première année d'application de l'accord, assumés intégralement par un fonds créé par le pays dans lequel cette banque est basée.

Ceci impliquerait que chaque pays de la zone euro crée un tel fonds et l'alimente via des contributions payées par ses banques, à hauteur de 0,1% de l'ensemble des dépôts couverts qu'elles détiennent.

Si les sommes accumulées au cours de la première année ne suffisent pas à couvrir les coûts de fermeture d'une banque, des fonds d'autres pays pourraient être sollicités, à hauteur de 10% de leurs propres ressources.

La deuxième année, le fonds national concerné en premier lieu n'aurait à payer qu'à hauteur de 90% de ses ressources propres et si celles-ci n'y suffisaient pas, les autres fonds seraient sollicités avec un plafond de contribution porté à 20% de leurs ressources.

UN TRAITÉ INTERGOUVERNEMENTAL AVANT MARS

L'obligation à assumer par le pays d'origine de la banque diminuerait ainsi de 10 points par an tandis que celle des fonds des autres pays augmenterait d'autant.

Ainsi, la dixième année, le pays d'origine n'aurait à mobiliser que 10% de ses ressources tandis que les autres pays pourraient être mis à contribution à hauteur de 100% des leurs, quelles que soient les ressources dont ils disposent.

Si, au cours des 10 années de transition, le coût de la fermeture d'une banque dépassait les contributions cumulées des pays membres, le pays d'origine de la banque pourrait imposer une contribution supplémentaire au reste du secteur sur le marché national.

En dernier recours, c'est l'Etat d'origine qui devrait assurer le financement manquant, à charge pour lui de se faire rembourser ultérieurement par les autres banques. L'Etat concerné pourrait aussi faire appel au Mécanisme européen de stabilité (MES), comme l'Espagne l'a fait en 2012 pour renflouer son secteur bancaire.

Au bout de dix ans, tous les fonds nationaux créés pour collecter les contributions bancaires seraient fusionnés au sein d'un Fonds de résolution unique qui prendrait le relais, assumant la totalité des risques mutualisés.

La création de ce fonds unique et le montage complexe de partage des risques et des coûts sur la période de transition seraient inscrits dans un traité intergouvernemental, sur lequel les pays de la zone euro devraient s'accorder d'ici au 1er mars 2014, précise la proposition lituanienne.

Le recours éventuel au Fonds unique de résolution serait décidé par le conseil de l'Autorité unique de résolution, constitué de représentants des pays et institutions de la zone euro.

Ce conseil adopterait des décisions à la majorité qualifiée et non à l'unanimité, précise le projet.

Bureau de Bruxelles; Marc Angrand pour le service français

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.