Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La zone euro pourrait devoir prêter 145 milliards à la Grèce

Reuters03/02/2012 à 19:17

LA ZONE EURO POURRAIT DEVOIR PRÊTER 145 MILLIARDS À LA GRÈCE

par Jan Strupczewski

BRUXELLES (Reuters) - Les Etats de la zone euro pourraient devoir apporter jusqu'à 145 milliards d'euros de financements dans le cadre du deuxième plan d'aide à la Grèce, soit 15 milliards de plus qu'initialement prévu, apprenait-on vendredi de plusieurs sources européennes.

Ces fonds supplémentaires permettraient surtout de faciliter la recapitalisation du secteur bancaire grec après les pertes que les créanciers privés d'Athènes auront consenties sur leurs obligations souveraines, ont expliqué les sources.

"L'accord des dirigeants en octobre portait sur 100 milliards d'euros de financement pour la Grèce et 30 milliards pour faire passer la pilule de l'échange de dette au secteur privé. Maintenant ce pourrait être 115 milliards plus 30 milliards", a dit l'une des sources.

La somme de 145 milliards d'euros est une estimation indicative et non un montant arrêté, ont précisé les responsables européens, ajoutant que le principe même d'un effort accru des contribuables de la zone euro au deuxième plan de sauvetage grec se heurtait à la réticence de certains pays membres.

Les négociations en cours avec les créanciers privés sur une décote de près de 70% de la valeur de leurs titres souverains grecs -qui allégerait la dette du pays de quelque 100 milliards d'euros- sont sur le point de s'achever.

QUEL RÔLE POUR LA BCE ?

Mais il reste à déterminer quelle décote les acteurs publics -la Banque centrale européenne (BCE) et les banques centrales nationales de la zone euro- pourraient devoir consentir sur leurs titres grecs pour rendre viable la dette d'Athènes.

Le rôle potentiel des titres détenus par la BCE dans une restructuration de la dette grecque n'a pas encore été décidé et les discussions sur ce point sont dans une phase "délicate", ont dit des responsables européens.

Le FMI estime que, pour être viable, la dette grecque devra diminuer d'ici 2020 à 120% du produit intérieur brut (PIB) contre environ 160% actuellement.

Un accord sur la participation du secteur privé devrait ramener la dette grecque proche de ce niveau mais pas complètement. Par conséquent, les sources disent s'attendre à ce que le secteur public aussi consente une décote en plus des fonds supplémentaires apportés par les Etats de la zone euro.

Il n'y aura pas de réunion des ministres des Finances de la zone euro lundi comme cela avait été un temps envisagé et la rencontre sera reprogrammé plus tard dans la semaine, a annoncé de son côté le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker.

Cette réunion doit notamment permettre de finaliser un deuxième plan d'aide à la Grèce impliquant de nouveaux financements publics et une restructuration de la dette grecque avec les créanciers privés du pays.

Les inquiétudes suscitées par l'absence apparente d'avancée sur le dossier grec font cependant plonger la Bourse d'Athènes.

"Le marché grec (-3,3%) et les banques grecques (-9,4%) sont en chute libre. Il y a plusieurs rumeurs qui évoquent la démission du (Premier ministre grec Lucas) Papadémos, et la réunion européenne sur la Grèce a été reportée...aux calendes grecques", a commenté un cambiste.

Natalie Huet pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.