Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La zone euro demande à Chypre d'introduire de nouvelles taxes

Reuters08/03/2013 à 10:51

LES RESPONSABLES DE LA ZONE EURO DEMANDENT À CHYPRE D'INTRODUIRE DE NOUVELLES TAXES

par Jan Strupczewski

BRUXELLES (Reuters) - Les responsables de la zone euro souhaitent que Chypre relève son impôt sur les sociétés, instaure une taxe sur les plus-values et une autre sur les transactions financières en échange d'un renflouement à hauteur de 17 milliards d'euros, a-t-on appris jeudi à Bruxelles.

Chypre a sollicité en juin 2012 ce prêt, d'un montant équivalent à son produit intérieur brut, auprès de la "troïka" des bailleurs de fonds (Union européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international), mais un accord n'a pu être scellé avec le précédent gouvernement dirigé par le communiste Demetris Christofias. Les négociations se sont intensifiées depuis l'élection à la présidence le 24 février du conservateur Nicos Anastasiades.

Un responsable au fait des discussions entre Nicosie et la troïka a précisé qu'aucune décision n'avait encore été prise sur les nouvelles taxes demandées par les créanciers. "Toutes ces options sont sur la table", a-t-il indiqué.

La taxe sur les plus-values pourrait être introduite temporairement, pour une durée de trois ans, et fournir au gouvernement un gain de 200 à 300 millions d'euros. L'impôt sur les sociétés, actuellement à 10%, serait relevé à 12,5%.

La création d'une taxe sur les transactions financières, qui sera mise en place à partir de 2014 dans onze pays membres de la zone euro, est une proposition de la troïka, mais Chypre s'y refuse pour l'instant. La taxe serait fixée à 0,01% des transactions sur les produits dérivés et 0,1% pour les actions et obligations.

Chypre a par ailleurs indiqué avoir reçu de la Russie, qui a des liens d'affaires étroits avec Nicosie, des signes d'une volonté de Moscou de participer au renflouement.

MOSCOU PRÊT À PARTICIPER

La Russie demande à bénéficier du même statut de créancier que la zone euro, ce qui lui permettrait d'être remboursée juste après le FMI, et un responsable au fait des négociations juge que cette demande sera probablement satisfaite.

Par ailleurs, des investisseurs russes sont intéressés par l'achat d'une part majoritaire dans Cyprus Popular Bank (CPBC) et l'augmentation de leur participation dans Bank of Cyprus, les deux principaux établissements du pays, touchées de plein fouet par l'annulation d'une partie de la dette grecque.

Le prêt de la troïka doit en partie servir à recapitaliser les banques de l'île pour environ dix milliards, mais aussi à rembourser la dette et financer les dépenses gouvernementales pour quelque sept milliards d'euros.

Le président Nicoas Anastasiades doit se rendre en Russie dans les prochaines semaines et chercher à obtenir le prolongement d'un prêt russe de 2,5 milliards d'euros, qui vient à échéance en 2016, ainsi que l'abaissement de son taux d'intérêt, actuellement à 4,5%.

L'Allemagne, soutenue par les Pays-Bas et la Finlande, réclame que les déposants des banques chypriotes, dont de nombreux hommes d'affaires russes et britanniques, participent au renflouement.

Berlin doute de la détermination de Nicosie à lutter contre le blanchiment d'argent, en particulier de fonds russes.

Jean-Stéphane Brosse pour le service français

Mes listes

valeur

dernier

var.

4.94 +5.65%
65.61 +1.48%
CGG
2.104 -3.22%
173.7 +1.94%
25.1 +2.45%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.