Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La volatilité de retour avec la hausse des taux et les craintes de tensions inflationnistes
TrackInsight02/03/2021 à 14:30

Semaine du 22 au 28 Février 2021

En dépit des propos rassurants du Président de la Réserve Fédérale devant une commission parlementaire, les prix des emprunts d'Etat sont restés sous pression tout au long de la semaine, en raison des craintes d'une remontée rapide de l'inflation. Le rendement du T-note 10 ans est ainsi passé à +1.44%, son plus haut niveau depuis un an, après avoir touché le pallier de 1.6% jeudi. Il n'est guère surprenant de voir les taux américains grimper. Alors que le programme d'achats d'actifs de la Réserve Fédérale s'élève à 120 milliards de dollars par mois (dont 80 milliards en emprunts d'Etat) ou 1'440 milliards en projection annuelle, le déficit du budget fédéral est évalué pour 2021 à 2'300 milliards, sans compter le stimulus additionnel ! A moins que la Réserve Fédérale augmente son concours à l'économie, il est donc probable que les taux d'intérêt poursuivent leur ascension.

Dans ce contexte difficile, la semaine a été particulièrement stressante pour les investisseurs, toutes les classes d'actifs étant impactées par le regain de tension. Il est intéressant de noter que le rendement de l'emprunt d'Etat américain à 10 ans est maintenant aligné avec les dividendes du S&P 500, réduisant ainsi à néant l'avantage du marché boursier.

Le S&P 500 a clôturé la semaine sur une perte de 2.45%, mais le Nasdaq Composite a plongé de 4.92%, avec une rotation sectorielle importante, les flux sortant des grandes valeurs technologiques pour se reporter sur des titres cycliques. À titre d'illustration, l'action Apple s'est effondrée de 6.63% sur la semaine (à comparer avec une baisse de 3.95% pour le secteur tech). Cela étant dit, beaucoup de secteurs ont pesé sur les indices larges, et notamment les biens de consommation discrétionnaire (-4.90%) et les services d'utilité publique (-5.05%). Concernant ces derniers, les investisseurs semblent de plus en plus inquiets de leur profitabilité future dans un environnement de taux élevés.

A l'opposé, le secteur de l'énergie a fait figure de rescapé en affichant un gain de +4.33%, le seul à terminer dans le vert. Les prix du pétrole brut se sont de nouveau redressés (WTI en progression de +3.81% d'une semaine à l'autre, à $61.50 le baril en clôture), en dépit de l'annonce jeudi d'une hausse inattendue des stocks américains. Par comparaison avec les autres secteurs, les valeurs financières (-0.36%) et industrielles (-0.50%) ont aussi, d'une certaine manière, fait preuve de résilience face à la hausse des taux d'intérêt.

En revanche, il n'y a pas eu de miracles du côté des marchés actions européens et asiatiques. Le Nikkei a perdu 3.50%, juste sous la barre des 29'000 points, tandis que le Shanghai Composite et le Hang-Seng ont lourdement chuté de 5.06% et 5.43% respectivement, après que le gouvernement de Hong-Kong a eu annoncé son projet d'augmentation de taxe sur les opérations boursières, pour la première fois depuis 1993. Les marchés européens ont également fini dans le rouge, mais dans une moindre mesure (MSCI EMU en baisse de 2%). Les marchés émergents ont été beaucoup plus durement touchés par les inquiétudes croissantes sur le front de l'inflation (MSCI EM en chute de 6.35%).

Sur les marchés de crédit, la sentence a été la même, tous les indicateurs de risque virant au rouge vif. Les obligations de notation "investissement" ont de nouveau souffert, dans la suite logique de la semaine précédente (-0.50% aux Etats-Unis et -0.38% en Europe). Cette fois-ci, les titres à haut rendement ont perdu pied (-0.31% en Europe, -0.78% outre-Atlantique), mais la pire performance est finalement venue de la dette émergente qui a lâché -2.10% en devises locales, après avoir déjà perdu -1.44% la semaine passée.

Du côté des matières premières, l'or  a eu beaucoup de mal à rester au dessus des $1'700 l'once, abandonnant -2.65% à $1'728.80. L'argent (-2.23%), le platine (-6.54%) et le palladium (-2.55%) n'ont pas fait mieux, s'inscrivant dans la même tendance baissière.

Sur le front des devises, l'euro n'a guère bougé vis-à-vis du dollar à $1.2137, mais s'est progressivement renforcé contre le franc suisse (+1%), la livre britannique (+0.24%) et le yen (+0.69%).

Enfin, le bitcoin a vécu une semaine turbulente, en s'effondrant de 20%, passant juste en dessous des $45'000. Il faut dire qu'il a fait l'objet de commentaires très négatifs toute la semaine, à commencer par ceux de la Secrétaire au Trésor, Janet Yellen, qui a averti lundi, lors d'une conférence au NYT, que la cryptomonnaie était un outil de traitement des transactions extrêmement inefficient. Elle a également ajouté qu'il y avait des questions de légitimité, le Bitcoin pouvant aussi être utilisé pour couvrir des opérations illicites. Une épée de Damoclès au dessus de la tête des crypto-investisseurs.

Poursuivre votre lecture: https://www.trackinsight.com/en/weekly-flow-report/2021-02-26/global

Trouvez et comparez plus de 6800 ETF avec nos outils gratuits :

La volatilité de retour avec la hausse des taux et les craintes de tensions inflationnistes

La volatilité de retour avec la hausse des taux et les craintes de tensions inflationnistes

La volatilité de retour avec la hausse des taux et les craintes de tensions inflationnistes

La volatilité de retour avec la hausse des taux et les craintes de tensions inflationnistes

La volatilité de retour avec la hausse des taux et les craintes de tensions inflationnistes

La volatilité de retour avec la hausse des taux et les craintes de tensions inflationnistes

La volatilité de retour avec la hausse des taux et les craintes de tensions inflationnistes

La volatilité de retour avec la hausse des taux et les craintes de tensions inflationnistes

Valeurs associées

NEXC +2.96%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer