Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

La valeur du jour en Europe Salvatore Ferragamo bondit après un excellent premier semestre
information fournie par AOF08/09/2021 à 11:44

(AOF) - Salvatore Ferragamo bondit de plus de 6% à 19,1 euros à Milan après la publication de résultats semestriels meilleurs que prévu. A l'image du reste du secteur, le créateur italien bénéficie à plein de l'effet "revenge buying", comme en témoigne le bond de 46,2% (à taux de change constant) à 524 millions d'euros des ventes au premier semestre. Sans surprise, les Etats-Unis et la Chine sont les principaux moteurs de la croissance. A tel point que cet été, les ventes ont retrouvé leurs niveaux d'avant Covid, se félicite la marque. Les investisseurs saluent également le bond de la rentabilité.

L'Ebitda a atteint en effet 144 millions d'euros, contre 32 millions au cours d'un premier semestre 2020, il est vrai cauchemardesque.

L'Ebit est ressorti à 66 millions à comparer à une perte de 72 millions un an plus tôt. Ce chiffre est bien au-delà des attentes. Le consensus tablait sur 29 millions, selon UBS. Ce dernier visait 33 millions. La marge opérationnelle courante a atteint 12,6%.

Le bénéfice net aussi est retourné dans le vert, s'établissant à 33 millions après une perte de 86 millions au 30 juin 2020.

Dans le sillage de cette publication, UBS a confirmé son opinion Neutre et son objectif de cours de 19,5 euros sur le titre. Compte tenu de ce solide premier semestre, les bénéfices devraient progresser de plus de 70% cette année, écrit le broker.

Cependant ajoute-t-il, avec l'arrivée probable d'un nouveau management l'an prochain, les perspectives pour les prochains exercices demeurent plus incertaines.

Le bureau d'études note par ailleurs que le mois d'août a été plus faible en raison des restrictions chinoises, mais que cet effet a été pris en compte par le marché avec la chute d'environ 30% du secteur en Bourse le mois dernier.

De son côté, Deutsche Bank a relevé son objectif de cours de 17,7 à 18,8 euros tout en réitérant sa recommandation Conserver.

Le courtier révèle que, lors de sa conférence de presse, le management a estimé que le consensus était trop conservateur, notamment au niveau de la marge opérationnelle courante. Le marché vise en effet 6% tandis que le groupe espère atteindre 10%. En conséquence, l'analyste a relevé sa propre prévision à 9,3%.

En outre, poursuit la banque allemande, le management a précisé que le consensus sur les ventes annuelles, de l'ordre d'1,1 milliard d'euros, restait cohérent avec les tendances actuelles.

Enfin, Jefferies a maintenu sa recommandation Conserver et son objectif de cours de 18 euros. Certes, ce premier semestre est excellent, écrit l'analyste, mais il ne doit pas faire oublier le problème majeur du groupe : des ventes trop faibles et des pertes de parts de marché et ce alors que la rentabilité va reculer au second semestre en raison d'une hausse des investissements.

L'intermédiaire américain reste sur sa position : dans un monde post-pandémie, la seule bonne gestion des coûts ne saurait suffire.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Révolution culturelle pour l’univers du luxe

D’après le cabinet Bain, en 2020, les achats en ligne devraient faire un bond, pour représenter 23% du marché contre seulement 12% en 2019. Si, jusqu’à présent, ce sont essentiellement les inaugurations de boutiques dans le monde qui assuraient la croissance des grandes maisons, le e-commerce devient la priorité. Les points de vente vont devoir devenir plus efficaces, en misant sur les technologies et les data.

Le leader mondial donne l’exemple. Pour LVMH il est nécessaire de changer d’état d’esprit. Il a décidé de  passer en «digital first» pour ses défilés et sa commercialisation. Cela constitue un virage stratégique fort car, l’an passé, le groupe a réalisé seulement 8,5% de son chiffre d’affaires en ligne.

Valeurs associées

MIL -4.27%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 08/09/2021 à 11:44:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.