Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

La valeur du jour en Europe - PHILIPS pénalisé par un coûteux rappel d'appareils de traitement de l'apnée du sommeil
information fournie par AOF14/06/2021 à 12:02

(AOF) - Philips (-4,33% à 44,37 euros) affiche la plus forte baisse de l'indice néerlandais AEX, le groupe ayant annoncé un rappel pour des appareils de traitement de l'apnée du sommeil, qui lui coûtera 250 millions d'euros. Le groupe d'électronique spécialisé dans la santé avait déjà provisionné 250 millions d'euros au premier trimestre à ce sujet. Pour autant, Philips a confirmé ses objectifs annuels car l'impact sur la croissance de l'activité Sleep & Respiratory Care (division Santé connectée) sera compensé par le dynamisme des autres métiers.

Cette année, le groupe néerlandais cible une croissance interne comprise d'environ 5% et une amélioration de 60 à 80 points de base de sa marge d'Ebita ajusté. Cette dernière s'entend hors éléments exceptionnels.

Philips va rappeler des appareils de traitement de l'apnée du sommeil (CPAP et Bi-Level PAP) et des ventilateurs mécaniques en raison des risques potentiels pour la santé du composant en mousse en polyuréthane à base de polyester destiné à les insonoriser. Malgré un faible taux de plaintes (0,03 % en 2020), Philips a déterminé, sur la base de tests, qu'il existe des risques pour les utilisateurs liés à ce type de mousse.

Les risques sont les suivants : la mousse peut se dégrader en particules qui peuvent pénétrer dans le circuit d'air de l'appareil et être ingérées ou inhalées par l'utilisateur, et la mousse peut dégager certains gaz chimiques.

" En consultation avec les organismes de réglementation compétents et en étroite collaboration avec nos clients et partenaires, nous travaillons dur pour trouver une solution, qui comprend le déploiement des instructions d'utilisation mises à jour et un programme complet de réparation et de remplacement des appareils concernés ", a déclaré le Directeur général, Frans van Houten.

Dans le cadre de ce programme, les familles de produits DreamStation de première génération seront modifiées avec une mousse insonorisante différente et expédiées après réception des autorisations réglementaires requises.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Optimisme pour le secteur

Les ventes sur trois mois (de septembre à novembre) ont augmenté de 8,3% au niveau mondial par rapport aux trois mois précédents (de juin à août). En Europe, la progression est même supérieure (de 13,8%).

En dépit de la pandémie et d'autres facteurs macroéconomiques, les experts prédisent en 2020 des ventes annuelles bien supérieures à celles de 2019.

Sur ce secteur en croissance, l'Europe cherche à renforcer ses positions. Elle ne détient que 10% du marché mondial, évalué à 440 milliards d'euros. Par ailleurs elle est de plus en plus dépendante d'importations en provenance des États-Unis ou de pays asiatiques. Treize Etats de l'Union européenne, dont la France, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, la Belgique et les Pays-Bas, se sont récemment alliés pour investir en commun et ainsi renforcer la capacité de l'Europe à développer les processeurs et semi-conducteurs de prochaine génération.

L'indice de réparabilité entre en vigueur en France

Cet indice, sur une échelle de 1 à 10,  va permettre aux consommateurs de savoir si les produits peuvent facilement être réparés ou non. Son affichage est obligatoire depuis le 1er janvier 2021. Cette mesure s'inscrit dans la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire votée en février 2020.

D'après l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, seuls 35% des Français déclarent avoir eu recours aux réparations. Les autorités visent un taux de réparation des produits électriques et électroniques de  60 % d'ici à cinq ans.

Pour le moment l'initiative est limitée à la France mais l'Europe réfléchit également à une approche similaire pour lutter contre le gaspillage et l'obsolescence programmée.

Valeurs associées

Euronext Amsterdam 0.00%
Euronext Paris -8.46%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 14/06/2021 à 12:02:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.