1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La valeur du jour en Europe MONCLER maintient le luxe en ébullition
AOF05/12/2019 à 16:48

(AOF) - L'effervescence du secteur de luxe ne retombe pas, au contraire. Après le rachat de Tiffany par LVMH, les observateurs du luxe s'attendaient à une réaction de son grand rival, Kering. Elle n'a pas tardé. Selon Bloomberg, le groupe de François-Henri Pinault a approché la griffe de luxe italienne Moncler en vue d'un éventuel rachat. En milieu de journée, le PDG de Moncler, Remo Ruffini, a assuré qu'aucune hypothèse concrète n'était à l'étude, sans convaincre. L'action du groupe s'apprête à clôturer sur un gain de 6,6% à 41,61 euros, emportant le reste du secteur dans son sillage.

L'approche du groupe français, si elle était finalement confirmée, conforterait le scénario établi par plusieurs brokers d'une offensive des géants du luxe sur des acteurs de niche et jouissant d'une très belle image de marque.

Moncler représente à cet égard une cible de choix. Sous la houlette de son dirigeant, Remo Ruffini, la griffe affiche une performance opérationnelle impressionnante.

En enchaînant avec succès des collections "capsules" étalées sur toutes les saisons, Moncler parvient à maintenir l'intérêt pour la marque tout en améliorant sa rentabilité.

Dans une note publiée ce matin, Société Générale émet des doutes sur l'opération pour une raison simple : Remo Ruffini n'a pas besoin de vendre sa participation de 22,5%. Sa société est florissante et il n'a aucun problème de succession.

"Sur le plan financier, l'opération sera relutive pour Kering. Dans l'hypothèse d'un rachat à un prix de 20% ou 25% supérieur à la valeur de Moncler à la veille de la diffusion de la rumeur, le bénéfice par action progresserait de 7% à 8%", a commenté à AOF, Adrien Dumas, gérant chez Mandarine Gestion.

Sur le plan industriel également, l'opération fait sens, ajoute le gérant :  "Moncler permettrait à Kering de se désensibiliser de Gucci, qui représente 80% de ses résultats. Le groupe français a besoin de se diversifier alors que la dynamique de Gucci tend à s'essouffler après plusieurs années exceptionnelles".

En revanche ajoute-t-il, "en termes de création de valeur, l'intérêt du deal est moins évident tant Moncler est bien géré et tant sa capacité d'exécution est forte avec une marge opérationnelle de 30%. Dans ce cadre, le marché peut s'interroger sur l'apport de Kering à la marque italienne".

Selon Adrien Dumas, Kering signerait une très belle opération stratégique en intégrant Remo Ruffini dans son management. L'Italien a relancé avec succès le groupe et pourrait apporter beaucoup à Kering. 

"En termes de prix, Kering devrait proposer une prime de 20%, ce qui valoriserait Moncler à 30 fois ses résultats 2020. Le groupe français a toutefois les moyens d'aller plus haut grâce à sa capacité à dégager du cash et en monétisant sa participation dans Puma", conclut le gérant. Affaire à suivre.

Valeurs associées

MIL -3.81%
Euronext Paris -3.33%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 05/12/2019 à 16:48:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer