Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

La valeur du jour en Europe - Kingfisher: les ventes déçoivent au troisième trimestre
information fournie par AOF19/11/2021 à 11:38

(AOF) - Kingfisher trébuche à la bourse de Londres, cédant 4,70% à 321,35 pence, dans le sillage de la publication de ses ventes trimestrielles. Le roi des magasins de bricolage a ainsi fait état ce matin d'un chiffre d'affaires en baisse de 6,3% (-2,4% à périmètre comparable), à 3,25 milliards de livres, au cours de son troisième trimestre achevé au 31 octobre 2021. La comparaison souffre du rattrapage constaté l'an dernier à la même époque alors que les clients sortaient de confinement. Sur deux ans, les ventes ont néanmoins progressé de 15% en organique.

"Ces tendances de vente sont encore plus fortes dans le contexte d'un environnement de consommation de plus en plus 'normalisé', s'est malgré tout félicité Thierry Garnier, le directeur général de Kingfisher. La demande reste soutenue par ce que nous pensons être les nouvelles tendances durables du secteur, notamment le travail à domicile".

Sur son marché domestique, représentant 47,6% de son activité, le britannique a vu ses ventes reculer sur un an de 3,5% en comparable. En France (34,2% de l'activité), le repli a été de 4,1%, dont -6,1% pour l'enseigne Castorama (chiffre d'affaires de 570 millions de livres) et -2,3% pour Brico Dépôt (chiffre d'affaires de 541 millions de livres.

Cette publication confirme "les pressions continues à la hausse sur la réalisation de bénéfices à court terme, estime Jefferies dans une note. Inévitablement, la longue liste d'inconnues à l'horizon de l'année prochaine se traduit par aucun changement dans les estimations à moyen terme".

En ce début de quatrième trimestre (au 13 novembre), Kingfisher a constaté une croissance de l'activité de 13,2% sur deux ans, et a déclaré s'attendre désormais à une évolution des ventes comparables au second semestre dans le haut de la fourchette de +9% à +13% sur deux ans. Le consensus vise +12%.

Le bénéfice ajusté devrait quant à lui se situer dans le haut de la fourchette de 910 à 950 millions de livres, alors que Jefferies en attend 968 millions.

"Nous continuons à penser que les investisseurs à plus long terme devraient examiner les perspectives de Kingfisher au-delà de l'ampleur inconnue de la réversion moyenne de 2022, écrit l'analyste. Les principaux facteurs d'excitation sur ce front sont le potentiel de gain de parts de marché, la reconstitution de la marge française, l'option de rééquilibrage et, à plus long terme, l'attrait de l'expansion de Screwfix en Europe".

Jefferies conclut en affirmant que le britannique fait partie de ses valeurs préférées dans le cadre de la reprise de la vente au détail.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Valeurs associées

Euronext Paris 0.00%
LSE +2.20%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 19/11/2021 à 11:38:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.